« Partir à l'étranger m'a fait grandir »

le
0
« Partir à l'étranger m'a fait grandir »
« Partir à l'étranger m'a fait grandir »

Il est celui que l'on n'attendait pas, mais dont on espère aujourd'hui beaucoup. Prêté par l'AS Rome à l'OM dans les toutes dernières heures du mercato, William Vainqueur, 27 ans, retrouve ce soir, face à Lyon, le Vélodrome où le Français a connu son baptême du feu en Ligue 1 avec Nantes le 18 février 2007.

Vous avez débuté dimanche dernier à Nice avec un match riche en buts (3-2). Vous n'avez pas dû reconnaître la Ligue 1...

WILLIAM VAINQUEUR. C'est vrai que ça a changé ! Il y a de beaux stades désormais, et des équipes comme Nice qui produisent du jeu. C'était un bon retour pour moi, même si je n'ai pas fait le match que j'aurais dû faire. Ça fait sept mois que je n'avais pas joué, c'était prévisible, mais je ne cherche pas d'excuse. J'aurais voulu gagner et apporter plus.

Quelles sont vos ambitions à l'OM ?

Chaque joueur veut s'imposer comme titulaire. Mais mes ambitions sont plus collectives. Je veux aider à remettre l'OM à sa vraie place. Marseille est un club historique, et c'est mon club de cœur.

Que vous a-t-il manqué à Rome ?

Dans ce genre de clubs, il y a des légendes, des grands joueurs (il ne finit pas sa phrase). C'était assez difficile de m'exprimer. J'ai besoin de jouer, je suis un compétiteur, alors quand Marseille s'est montré insistant, j'ai sauté dans l'avion.

Vous aviez quitté la France en 2011. Il a beaucoup changé, le William Vainqueur de Nantes ?

Bien sûr. Niveau maturité, déjà, j'ai beaucoup appris à l'étranger. A Nantes, je chuchotais, j'étais le petit, sorti du centre de formation. Partir m'a forcément fait grandir. Et dans le jeu, j'ai aussi progressé, c'est naturel.

Vous êtes passé par la Belgique et la Russie. C'est le goût de l'aventure ?

Non, les opportunités. Le Standard dispute la Coupe d'Europe chaque saison. C'était un tremplin, c'est là où j'ai explosé. On avait une superbe génération, avec Michy (Batshuayi), Ezekiel. Et à Moscou, le Dynamo avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant