Participation en hausse à 17h00 aux régionales, à 43,01%

le , mis à jour à 18:16
1
    * 44,6 millions de Français votent sur fond d'état d'urgence 
    * Le FN en force pour ce dernier scrutin avant la 
présidentielle de 2017 
    * Participation en hausse à 17h par rapport à 2010, à 43,01% 
 
 (Actualisé avec chiffres de la participation à 17h00, 
projection de la participation définitive) 
    PARIS, 6 décembre (Reuters) - Le taux de participation 
s'élevait à 43,01% dimanche à 17h00 (16h00 GMT) en métropole 
pour le premier tour des régionales, que le Front national 
aborde selon les sondages en position de force. 
    Ce chiffre fourni par le ministère de l'Intérieur est 
supérieur à celui de 39,29% relevé à la même heure en 2010, 
alors que la France comptait 22 régions.     
    A 12h00 (11h00 GMT), la participation était comparable à 
celle observée à la même heure en 2010, à 16,27% contre 16,07%. 
    Selon une projection de l'institut Harris Interactive pour 
M6, la participation définitive à l'issue du scrutin devrait 
s'établir à 50,2%.         
    Trois semaines après les attentats de Paris et Saint-Denis, 
alors que le pays est en plein état d'urgence, 44,6 millions de 
Français doivent désigner les exécutifs des 13 régions 
métropolitaines créées par la loi du 16 janvier 2015.   
    Les appels à la mobilisation, à gauche comme à droite, se 
sont multipliés à l'approche du scrutin dans l'espoir de faire 
barrage à l'extrême droite, bien placée, d'après plusieurs 
enquêtes, pour emporter au moins deux régions, 
Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Provence-Alpes-Côte d'Azur. 
    Dans ces deux régions, le taux participation s'inscrivait en 
nette progression à 17h00 par rapport à la mobilisation observée 
lors des précédentes élections régionales. Dans la zone 
correspondant à la fusion des régions Nord-Pas-de-Calais et 
Picardie, il s'élève à 49,10% contre 39,54% en 2010 et dans la 
région Paca, il atteint 46% contre 37,40% en 2010. 
    Le Premier ministre Manuel Valls, qui a voté en fin de 
matinée à Evry (Essonne), a de nouveau appelé les Français à se 
mobiliser, déclarant à la presse "aujourd'hui il n'y a qu'une 
seule chose à faire, c'est de voter".  
    "Nous sommes debout et notre arme, c'est le bulletin de 
vote", a-t-il ajouté en évoquant les suites des attaques du 13 
novembre.  
    De son côté, François Hollande a voté dans son fief de 
Tulle, en Corrèze.  
    L'exécutif, dont la cote de confiance a bondi à la suite des 
attentats meurtriers du 13 novembre, espère un "sursaut 
citoyen", une riposte dans les urnes alors que le Front national 
pourrait tirer profit du contexte d'incertitude pour progresser 
lors de ce scrutin, le dernier avant l'élection présidentielle 
de 2017. 
     
    30% D'INTENTIONS DE VOTE POUR LE FN 
    L'organisation patronale du Medef, les syndicats CGT et 
CFDT, mais aussi le quotidien régional La Voix du Nord ont mis 
en garde ces derniers jours contre l'"impasse économique, 
sociale et démocratique" que représente à leurs yeux le FN. 
    La présidente du parti Marine Le Pen, qui a voté à 
Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), s'est déclarée "sereine". "Je 
fais confiance aux électeurs qui (...) nous ont vu travailler 
dans les mairies, dans les départements, au parlement européen 
et je crois que c'est la raison pour laquelle ils sont de plus 
en plus nombreux à se tourner vers nous", a-t-elle dit à 
Reuters.  
    Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien et BFM TV réalisé le 
3 décembre auprès de 945 personnes, le FN est en tête des 
intentions de vote pour le premier tour, avec 30%, devant les 
listes de droite (29%) et celles du Parti socialiste (22%). 
    Face au risque de triangulaires au second tour, la question 
d'un "front républicain" va resurgir dès dimanche soir, au Parti 
socialiste comme chez Les Républicains : retrait, maintien, 
voire fusion des listes arrivées en troisième position seront au 
nombre des options soupesées par les états-majors.  
    Le PS a prévu d'organiser deux bureaux nationaux ce dimanche 
soir pour décider d'une stratégie pour le second tour, le 13 
décembre.  
    Le président des Républicains Nicolas Sarkozy, qui a voté 
dans la matinée dans un bureau du XVIe arrondissement de Paris, 
présidera pour sa part un bureau politique lundi matin.      
    Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 (07h00 GMT) en 
métropole et fermeront entre 18h00 (17h00 GMT) et 20h00 (19h00 
GMT) selon les villes. Les électeurs de l'Outre-mer sont 
également appelés aux urnes. 
 
 (Sophie Louet, Morade Azzouz, Jean-François Rosnoblet et Myriam 
Rivet, édité par Guy Kerivel) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le dimanche 6 déc 2015 à 16:22

    Quelle région ?