Parole de prof, «septembre est mon mois préféré»

le
0
Parole de prof, «septembre est mon mois préféré»
Parole de prof, «septembre est mon mois préféré»

Qu'ont-ils dans le coeur, ces milliers de profs qui, demain, feront leur rentrée avec un jour d'avance sur leurs 12 millions d'élèves ? Julie Van Rechem, professeur d'histoire-géographie de 35 ans, qui raconte sa « vraie vie » dans un blog et aujourd'hui un livre*, ouvre son coeur et son cartable à quelques heures de retrouver son établissement, le collège Henri-Matisse de Garges-lès-Gonesse (Val-d'Oise).

Son âme

« Pour moi, la rentrée n'est pas synonyme de stress mais d'excitation. Septembre, c'est mon mois préféré ! J'étais une élève très enthousiaste, et je suis devenue logiquement une prof très enthousiaste. » L'enseignante cultive son affection pour les grands couloirs bruyants, la date écrite au tableau et les chaises qui grincent sur le lino : « L'humeur que j'emmène en classe, c'est celle que vont me renvoyer les élèves toute l'année. »

Son cartable

Est-ce le signe que la prof, diplômée en 2004, ne ressent plus le besoin de prouver sa légitimité ? Elle a bazardé cette année son « sac rouge de dame pressée, très Madame la professeur », au profit d'un très à la mode « tote bag », un grand sac de toile représentant un taxi de Bombay, souvenir de quelques années vécues en Inde. A l'intérieur, pour le premier jour, elle a glissé hier l'essentiel : « Mon mug, du café, du scotch, quelques affiches et un peu de déco pour laisser ma trace dans mes salles de cours. Au début de l'année, j'ai besoin de créer mon univers, rassurant. »

Son rituel

« Je consacre mon dernier week-end de vacances à mettre de la nouvelle musique dans mon téléphone pour mes trois heures de transport quotidiennes », raconte Julie. Elle a en stock les Pixies et autres groupes de rock « pêchu » pour se mettre en condition avant la classe, mais aussi « du Pink Floyd pour le retour ou les matins grognons... Il faut que je laisse mon humeur à la porte en arrivant au collège : les élèves ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant