Parmalat : Paris et Rome calment le jeu

le
0
VIDEO - Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi veulent créer des «grands groupes industriels franco-italiens ». Rome juge l'OPA de Lactalis non hostile.

Lactalis ne désespère pas d'acquérir son concurrent italien Parmalat. Alors que l'Italie fait tout pour que le groupe agroalimentaire reste italien, le groupe présidé par Emmanuel Besnier, qui détient 29% du capital de Parmalat, veut se donner toutes les chances pour acquérir Parmalat. Et ce, après avoir échoué dans sa tentative de rachat de Yoplait. Le nouveau groupe pèserait environ 14 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, ce qui en ferait, selon Lactalis, le «premier groupe mondial» du secteur. A la Bourse de Milan, Parmalat s'envole de 11,59% à 2,58 euros après avoir été suspendu en début de séance, dans un marché qui gagne 0,62%.

Lactalis vient de lancer ce mardi une offre publique d'achat sur la totalité du capital du laitier italien à un prix unitaire de 2,60 euros pour un montant total de 3,375 millions d'euros. Une opération qui fait suite à l'adoption en mars dernier par l'Italie de mesures limitant les acquisitions étrangères dans ses entr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant