Parlementaires français en Crimée : une mission très embarrassante

le
16
Parlementaires français en Crimée : une mission très embarrassante
Parlementaires français en Crimée : une mission très embarrassante

C'est avec enthousiasme que les grands médias russes, sympathisant tous avec le Kremlin, ont salué la visite — très controversée en France — effectuée par une délégation de dix parlementaires français, à Moscou, après un bref voyage en Crimée. Ce voyage illustrerait le basculement de l'opinion publique occidentale. Mais tous les Russes ne sont pas dupes. « C'est une opération de propagande similaire à ce qui se faisait à l'époque soviétique, analyse Dmitri Orechkine, un expert indépendant. Les médias du pouvoir ont volontairement exagéré l'importance de cette visite pour faire croire que nous disposons d'un lobby au Parlement. »

L'initiateur de ce déplacement, le député les Républicains Thierry Mariani, favorable à la levée des sanctions contre Moscou, se déclare satisfait de ce qu'il a vu et entendu en Crimée, annexée en mars 2014 par la Russie. « La situation là-bas est calme : je n'ai pas vu de militaires dans les rues », nous confiait-il hier. Ses compères — parmi lesquels les députés les Républicains Jacques Myard et Claude Goasguen — acquiescent. « Les Etats-Unis voudraient voir la guerre en Crimée, mais c'est la paix qui règne », renchérit Jacques Myard. « Notre objectif est de donner une autre image de la Russie dans l'opinion publique », poursuit Thierry Mariani.

Cette mission a été organisée par le Dialogue franco-russe, une association codirigée par Thierry Mariani et Vladimir Iakounine, patron ultraconservateur des Chemins de fer russes, et par le Fonds russe pour la paix, présidé par le député d'extrême droite russe Leonid Slutsky. Bien encadré par les autorités locales, le groupe n'a vu en Crimée que des visages souriants dans la rue. « Je ne suis pas idiot, je sais très bien que certains passants étaient envoyés sur commande », se défend Mariani. Mais il veut croire aussi le représentant de la minorité des Tatars de Crimée, qui lui a assuré que sa communauté n'avait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lorant21 le lundi 27 juil 2015 à 08:49

    "montrer une autre vision de la Russie".. ou du régime autoritaire de M.Poutine?

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 22:14

    napotjo, tu crois encore la CIA? Moi je regarde les réalités.

  • napotjo le dimanche 26 juil 2015 à 21:41

    Delapor a sèlectionné ce qui va dans son sens. Par contre il oublie dans l'article entier ´´ il est scandaleux que des députés français aillent raconter que tout va bien en Crimée », rétorque Nariman Djelialov, vice-président de l'assemblée des Tatars de Crimée, dissoute par les autorités russes après l'annexion. « Nos médias sont censurés, des activistes tatars ont été kidnappés, d'autres tués, et la police ferme les yeux », explique Djelial

  • M7097610 le dimanche 26 juil 2015 à 21:17

    comme si la grande démocratie de GUANTÁNAMO a quelques leçons à donner... on rigole !

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 18:23

    P.S. Une phrase m'avait échappé : Les Français ont appris qu’il y avait actuellement trois langues officielles en Crimée: le russe, l'ukrainien, et le tatar de Crimée. Remzi Iliassov, vice-président du Conseil d'Etat de la République de la Crimée, a expliqué que la condition des Tatars de Crimée s'était beaucoup améliorée.

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 17:28

    fin : Comme le veut la tradition russe, les habitants de Yalta ont accueilli les visiteurs avec du pain et du sel.

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 17:27

    suite : Aucun des interlocuteurs des Français n'a dit rien de négatif sur la réunification avec la Russie. "Nous sommes revenus à la maison, tout est bien", ont souligné les Criméens, en invitant les députés à revenir encore une fois dans la région.

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 17:26

    suite : "Nous parlons notre langue. Et si en Ukraine nos fêtes ont été ignorées par l’Etat, en Crimée russe elles sont devenues officielles", a précisé le responsable de la république.

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 17:24

    suite : Jeudi soir, les représentants français se sont baladés le long de la promenade de Yalta et ont parlé avec des dizaines de personnes sur la plage et quelques jeunes représentants des Tatars de Crimée. a différence de ce qu'ils ont vu avec l'image créée par les médias occidentaux s'avère énorme, a expliqué Marie-Christine Dalloz.

  • delapor4 le dimanche 26 juil 2015 à 17:22

    Réponse à mucius l'Américain (début) : La situation réelle en Crimée se distingue drastiquement de celle éclairée par les médias occidentaux, déclarent les parlementaires français actuellement en visite en Crimée. Les Tatars de Crimée: "nous sommes heureux d'être revenus à la maison"