Parité non respectée : les sanctions tombent

le
13
Parité non respectée : les sanctions tombent
Parité non respectée : les sanctions tombent

C'est une journée mondiale, une de plus. Sauf qu'elle change de date chaque année et que les femmes déboucheront le champagne quand elle se rapprochera enfin du 1er janvier. La Journée internationale pour l'égalité des salaires correspond à la date symbolique à laquelle une femme atteint la somme qu'un homme a gagnée au 31 décembre précédent. Et si l'« Equal Pay Day » tombe en ce 25 avril 2013, cela signifie que les salariées du monde entier ont dû travailler 115 jours de plus (de janvier à aujourd'hui) pour gagner autant que leurs compagnons. Et en France? Ce n'est guère plus brillant : 79 jours de plus en moyenne.

Mais la ministre des Droits des femmes a bon espoir de biffer quelques semaines dans le calendrier. Najat Vallaud-Belkacem nous l'annonce en exclusivité : les deux premières sanctions viennent de tomber contre des entreprises qui contreviennent à l'obligation « à travail égal, salaire égal ». Personne n'y croyait vraiment et pourtant, ça y est. Les entreprises qui traitent la question à la légère sont tapées au portefeuille. La loi du 2 novembre 2010, votée sous le précédent gouvernement, oblige en effet toutes les structures ? publiques et privées ? de plus de 50 salariés à se doter d'un plan ou d'un accord d'entreprise visant à empêcher la différenciation entre hommes et femmes en matière de rémunération et de déroulement de carrière. Elle prévoit des sanctions civiles et pénales envers les contrevenants, mais seules deux mises en demeure avaient été prononcées quand François Fillon a rendu son tablier. Du coup, l'une des premières actions du gouvernement Ayrault a été de rendre obligatoire la présentation de ces documents. Et vu l'état des lieux ? deux entreprises sur trois ignorent tout ou partie de leurs obligations ?, ce gigantesque chantier ne fait que commencer. A moins que les sanctions n'aient l'effet magique escompté. Des pénalités...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berghof le jeudi 25 avr 2013 à 10:19

    La bêtise dans toute sa splendeur. Toutes ces niaiseries démagogiques nous amènent à tenter de résoudre la quadrature du cercle. Car en fin, pourquoi ne pas créer des sous catégories en considérant les Blancs et les non blancs, les grands et les petits, les chevelus et les chauves, etc....L'égalité ou l'égalitarisme sont en train de tuer nos sociétés.

  • M3182284 le jeudi 25 avr 2013 à 09:59

    Et encore une loi qui menace, liberticide: la discrimination positive a des conséquences: la suspicion sur ceux concernés qui ont des postes quel que soit leur mérite, mais surtout l'évitement de l'embauche pour ne pas s'exposer. Depuis quand être une femme est un handicap? Pourquoi pas les roux ou les géants? Seuls les handicapés doivent être privilégiés

  • python75 le jeudi 25 avr 2013 à 09:49

    Moi dirigeant d'une PME de 17 personnes... Ca va être un casse-tête chinois... Je n'ai pas que ça a faire...

  • coche123 le jeudi 25 avr 2013 à 09:43

    la meilleure réponse à cet article est la réaction de @dupon666.

  • sidelcr le jeudi 25 avr 2013 à 09:32

    Il est temps , beaucoup de blabla peu de résultats .

  • M8761626 le jeudi 25 avr 2013 à 09:28

    grands

  • M8761626 le jeudi 25 avr 2013 à 09:28

    Normal, une mentalité à changer très vite, et en utilisant les grans moyens.

  • dupon666 le jeudi 25 avr 2013 à 09:23

    dans les entreprises on devrait plutot appliquer "à resultat egal salaire egal"....y a que dans les administrations qu'on peut se contenter d'un "à niveau egal salaire egal"

  • couronee le jeudi 25 avr 2013 à 09:12

    Il serait temps que ce mythe soit brisé. Il fait plus de dégâts que la réalité qu'il est censé dénoncer.

  • malice71 le jeudi 25 avr 2013 à 09:07

    pas d'autres soucis que celà mais peut on demander la parité des salaires et se retrancher sur sa spécificité fémininquend celà arrange ??