Parité : les partis politiques ont des progrès à faire

le
0
Les femmes ont encore du mal à être investies aux élections, en dépit des pénalités.

Aujourd'hui, les conseils généraux sont massivement (à 87%) masculins. Et la composition des assemblées départementales ne va guère changer. Lors des cantonales des 20 et 27 mars prochains, moins d'un candidat sur quatre sera… une candidate. «Normal, entend-on en ce moment dans les états-majors politiques, les cantonales sont des élections à forte empreinte rurale et très liées aux personnalités locales.»

Malgré lapremière loi votée sur la parité en 2000, ce déficit se vérifie dans les scrutins nationaux. Peu de femmes en position éligible et encore moins d'élues. En dix ans, la situation n'a guère évolué et la question semble même reléguée au second plan. Tout juste resurgit-elle à la veille du 8 mars, Journée internationale de la femme. «En période de crise économique et de tensions internationales, la parité n'est pas un sujet prioritaire au sein des partis», soupire Chantal Brunel, rapporteure générale de l'Observatoire de la parité e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant