Parisse : " Vendredi soir, ça va piquer ! "

le
0
Parisse : " Vendredi soir, ça va piquer ! "
Parisse : " Vendredi soir, ça va piquer ! "
A deux jours d'un déplacement périlleux à La Rochelle, Sergio Parisse s'apprête à effectuer son retour avec le Stade Français, après un mois et demi d'absence en club. Le capitaine parisien croit au titre.

Sergio Parisse, dans quel état d’esprit êtes-vous ? Êtes-vous content de rejouer en club ?
Je suis très ravi de reprendre avec l’équipe du Stade Français. Ce n’était pas évident de reprendre après le match contre la France. Je n’avais pas joué avec l’Italie contre le pays de Galles et j’étais aussi dans les tribunes pour le match face à Clermont. Donc bien évidemment, je suis ravi de retrouver le groupe et de rejouer.

Comment abordez-vous le match face à La Rochelle ? Ils n’ont qu’une défaite à domicile cette saison…
C’est une équipe très performante à la maison. Comme toutes les équipes qui montent de Pro D2 et qui ont un plan de jeu se portant sur les bases de rugby, avec une grosse mêlée, beaucoup d’envie et un public derrière eux. On s’attend à un gros combat où la conquête de la mêlée sera la clé. On se déplace avec beaucoup d’intention et on est conscient que vendredi soir, ça va piquer !

« On a les qualités pour remporter le Bouclier »

Est-ce que vous rêvez de gagner le Bouclier cette saison ?
Bien évidemment, je rêve souvent de gagner des choses, que ce soit avec le club ou même avec l’Equipe Nationale. Mais je pense que rien n’est impossible. Si on pense qu’une chose n’est pas possible, on la rend impossible. En tout cas, j’ai confiance en mon équipe, je sais qu’on a les moyens et toutes les qualités pour remporter le Bouclier. Le plus difficile est de le faire sur le terrain, il reste cinq matchs, on est bien au classement même si on n’est pas mathématiquement à l’abri.

Sergio, vous disiez que La Rochelle était une équipe très présente dans le combat. C’est une équipe qui peut vous convenir, vous qui déplacez beaucoup le ballon ?
Ce qui est certain, c’est qu’on ne va pas changer notre style de jeu et s’appliquer là-dessus. On est une équipe qui met beaucoup de rythme et de vitesse donc oui on pourrait les mettre en difficulté de ce côté-là. Mais le rugby ce n’est pas toujours mettre du volume… Et on aura un grand rendez-vous dans la mêlée, dans la touche et dans le jeu au pied. La discipline sera une des clés du match.

Quand vous voyez vos coéquipiers battre Bordeaux à l’extérieur, puis Clermont à domicile, vous êtes bluffé ?
Bluffé, non. Tout le travail que l’on fait paye et ça montre que l’équipe est capable de gagner à la maison mais aussi à l’extérieur. Tout le monde est surpris de voir une équipe s’imposer dans le championnat donc forcément personne n’aurait parié un euro sur la victoire du Stade Français face à Bordeaux à Chaban Delmas. Mais notre objectif reste de jouer pour gagner le Bouclier.

« Les jeunes prennent davantage de responsabilités »

Est-ce qu’après la victoire face à Clermont, votre rôle de capitaine a été de calmer une certaine euphorie ?
Non, je pense que tous les joueurs qui ont joué ce match ont ressenti une forte motivation. Mais les calmer, non, c’est aussi le rôle de l’entraineur et du staff qui l’ont sans doute fait durant toute la semaine. Mais pour la plupart des joueurs c’est facile de trouver de la motivation lors des gros matchs ou dans un stade plein. Il faut aussi garder cette motivation lors d’autres matchs à l’extérieur.

Est-ce qu’en l’absence de Pascal Pape vous avez davantage de travail ?
Non. Dans l’équipe il y a pas mal de relais et des joueurs prennent aussi un peu plus de responsabilités. Pascal est un ancien et une personne très respectée. Son rôle dans l’équipe est important et aujourd’hui il s’entraine même s’il est suspendu. Il est toujours à nous. Mais les jeunes arrivent à prendre davantage de responsabilités et cela nous fait du bien.

 

 

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant