Parisot : «La direction prise par le gouvernement est la bonne»

le
38
Parisot : «La direction prise par le gouvernement est la bonne»
Parisot : «La direction prise par le gouvernement est la bonne»

Trois jours avant de quitter ses fonctions à la tête du Medef, Laurence Parisot a distillé, entre de nombreuses critiques - quelques compliments à l'égard de l'exécutif, ce dimanche lors du grand rendez-vous Europe 1 ? i>Télé ? Le Parisien ? Aujourd'hui en France. Tirant une grande fierté d'avoir dirigé pendant huit ans l'organisation syndicale, elle a insisté sur son indépendance vis-à-vis de l'exécutif et délivré ainsi une série de bons et de mauvais points à la présidence Hollande. Parmi les grands sujets d'inquiètude qui demeurent, figure, selon, elle, la réforme des retraites.

Evoquant dans sa globalité la politique économique suivie, Laurence Parisot a estimé que la « direction prise » était « la bonne », rappelant à plusieurs reprises que le gouvernement avait, selon elle « pris la mesure de la gravité de la crise ». « Mais maintenant, l'enjeu, c'est la vitesse et l'intensité de la réponse », a-t-elle poursuivi. « Il faut être modéré dans les solutions mais déterminé dans leur mise en oeuvre » a-t-elle encore assené, dénonçant au passage les solutions extrêmes prônées par le FN et le Front de Gauche.

« Nous soutenons le crédit d'impôt compétitivité-emploi», a donné comme exemple Laurence Parisot. « Ce n'était pas notre choix premier mais c'est une bonne mesure ». Et quand on lui fait remarquer que les patrons qu'elle représente ne partagent pas son enthousiasme, la vice-présidente de l'institut Ifop rétorque qu'ils « sont en train de découvrir » la mesure, et qu'ils cherchent «comment ils peuvent financer».

«Hollande a mesuré la gravité de la crise»

François Hollande serait-il alors le meilleur président que la patronne du Medef aie connu ? « Nicolas Sarkozy a été exceptionnel en 2008 », a préféré répondre celle qui avait pris ses fonctions lors du second mandat de Jacques Chirac, réélu en 2005. « Sans lui, l'Europe s'effondrait », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le lundi 1 juil 2013 à 14:14

    qu'elle s'occupe de sa faillite perso !

  • j.capman le lundi 1 juil 2013 à 08:50

    Elle sera tete de liste ps a l election européenne , bravo au capitaine.

  • M1178616 le lundi 1 juil 2013 à 08:25

    Pour parler ainsi c'est qu'elle doit espérer un poste avec le capitaine de pédalo. mdr...

  • EuropeGa le dimanche 30 juin 2013 à 19:27

    Profitons de l'élection européenne de 2014 pour repousser le système actuel. Ce système est composé de l'UMP, du PS, de la BCE, de la Commission européenne (avec ou sans Barroso, là n'est pas le problème). Il est clair maintenant que la plupart des commissaires européens sont achetés par les américains. La commission est d'ailleurs en train de négocier un accord de libre échange avec les US, accord qui va broyer nos entreprises et nos acquis sociaux.

  • EuropeGa le dimanche 30 juin 2013 à 19:18

    La bonne direction à prendre est de sortir de l'étau européen et de retrouver notre souveraineté monétaire et budgétaire. Nos entreprises retrouveront alors leur compétitivité perdue et notre économie repartira de l'avant. Si nous restons dans le sens de Parisot, qui est le même que celui de l'UMP et du PS, notre dette augmentera toujours (6O milliards d'euros d'intérêt à payer en 2013), il y aura de plus en plus de chômeurs et de misère dans notre pays.

  • M8645678 le dimanche 30 juin 2013 à 19:17

    La Parisot a laissé faire quand la classe moyenne, futur de la France, a été vouée à la spoliation. Représentante d'une caste patronale honteusement dispensée d'ISF, elle est restée taisante quand cette confiscation inique a été amplifiée. Elle l'est restée quand les taxes sur les dividendes ont été majorées pour les seuls français (55%, au lieu de 15% pour étrangers). Le Medef est une institution malfaisante. Et la Parisot n'est qu'une pipelette.

  • frk987 le dimanche 30 juin 2013 à 19:03

    C'est évident Mucius, le salut pourrait arriver si vraiment une tête surgissait du Medef, mais si l'on se réfère à l'adage tel père tel fils, c'est mal barré avec Gattaz. De plus le Medef c'est contre nature, les ambitions des très grosses entreprises n'ont rien à voir avec les PME. Et avec un représentant des PME élu ...c'est mal barré.

  • M9035148 le dimanche 30 juin 2013 à 19:00

    Mettez lui des plumes et du goudron et faites la traverser paris ...

  • mucius le dimanche 30 juin 2013 à 18:57

    Il faut un président du MEDEF intransigeant avec cette rakaï de socialos. Au besoin réduire l'investissement pour augmenter les chômeurs si les bonnes mesures ne sont pas prises. Gattaz a l'air un peu mieux que la léche-bottes.

  • mucius le dimanche 30 juin 2013 à 18:53

    L'imbécile de service bien français M8725649 croit encore qu'il y a une réserve de fric dans laquelle il suffit de piocher pour rendre tout le monde heureux (chômeurs, salariés, retraités). Eh bien non! Il faut plutôt augmenter la productivité du travailleur en réduisant les charges pour vendre plus à l'étranger et payer ses dettes. Et aussi réduire les aides aux bras cassés et mieux payer les vrais productifs. Surtout pas emprunter pour donner à des branl/eurs!