Parisot dénonce les décisions de Hollande

le
0
Pour la présidente du Medef, invitée dimanche du «Grand Jury RTL- Le Figaro -LCI», les difficultés de la filière automobile sont dues à l'interventionnisme de l'État.

PSA à Aulnay, Good­year à Amiens: l'attitude jusqu'au-boutiste de la CGT est contestée dans les dossiers industriels les plus explosifs du moment, où des milliers d'emplois sont en jeu. Invitée dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», Laurence Parisot n'a pourtant pas voulu accabler la centrale syndicale, soulignant que certaines dérives étaient purement locales et liées à la présence de l'extrême gauche. «La CGT n'est pas uniforme, il y a beaucoup d'entreprises dans lesquelles les représentants de la CGT acceptent de participer au dialogue social», a noté la présidente du Medef.

Pour elle, les difficultés de la filière automobile sont dues à l'interventionnisme de l'État, pas aux erreurs des dirigeants de ces entreprises. Pas question pour Laurence Parisot de critiquer le salaire de Ca...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant