Parisiens, et si vous investissiez dans un parking ?

le , mis à jour à 15:36
1
Parisiens, et si vous investissiez dans un parking ?
Parisiens, et si vous investissiez dans un parking ?

Entre la baisse du nombre de places de parking (85 615 supprimées en surface dans Paris intra-muros de 2001 à 2011), l'augmentation du prix des horodateurs (+11% à +50% selon les arrondissements parisiens depuis le 1er janvier 2015) et la hausse annoncée des amendes de stationnement à compter de 2016, les emplacements pour garer sa voiture en toute tranquillité sont de plus en plus recherchés. Une chance à saisir pour les investisseurs, qui souhaitent acheter une ou plusieurs places de stationnement dans un parking fermé en vue de les louer.

Le principal avantage de ce placement par rapport à un bien immobilier classique, c'est qu'il ne nécessite pas une mise de départ importante. A titre d'exemple, le prix médian pour un parking dans la capitale s'établit à 24 500 euros contre 70 100 euros pour une chambre de bonne, selon les notaires de Paris. Les rentabilités affichées sont intéressantes, de l'ordre de 5 à 7% brut en général.

Souplesse

Par ailleurs, les conditions de location sont particulièrement souples. « Louer un box, un garage ou une place indépendamment d'un appartement ne relève pas de la loi du 6 juillet 1989 propres aux locaux à usage d'habitation. Il s'agit d'un contrat de gré à gré soumis aux règles du Code civil », précise Charlie Porte, directeur de l'activité immobilière du groupe Néopark, spécialisé dans l'achat et la vente de parking. Les contraintes nouvellement créées par la loi Alur ne s'appliquent donc pas  : revalorisation annuelle, durée du contrat, préavis, modalités de résiliation... « Chaque propriétaire est libre de fixer ses propres règles au moment de la rédaction du bail de location » rappelle Antoine Gannat, directeur de l'agence immobilière Era à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Risques locatifs restreints

Quant aux risques locatifs, ils sont très restreints. « En matière de parking, il n'existe aucun cadre légal relatif aux expulsions. Si un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4630859 le lundi 27 avr 2015 à 15:45

    225 euros par mois pour mettre sa voiture à l'abris des casseurs: changez de ville ou abandonnez la voiture.