Paris voudrait repousser l'objectif des 3% du PIB à 2018

le
4

FRANCFORT (Reuters) - La France veut repousser à 2018 l'objectif de ramener son déficit budgétaire à moins de 3% du PIB, écrit le Handelsblatt, dans un article à paraître mardi.

Paris sollicite ce délai pour éviter que le débat portant sur des mesures d'austérité et des réformes structurelles impopulaires n'intervienne en pleine campagne pour l'élection présidentielle de 2017, rapporte le quotidien, citant des sources de la Commission européenne.

Les ministres des Finances de l'Union européenne (UE) avaient en 2013 accordé à la France un délai supplémentaire de deux ans jusqu'en 2015 pour ramener son déficit dans les clous.

Mais le gouvernement français a dit à plusieurs reprises qu'il ne comptait réaliser cet objectif que d'ici 2017.

Le ministère des Finances n'a pas répondu dans l'immédiat aux sollicitations de commentaires au sujet de l'article du Handelsblatt.

La Commission européenne statuera sur la demande de la France au cours de la première semaine de mars, ajoute le quotidien financier allemand, observant que le commissaire allemand Günther Öttinger envisage cette décision avec une certaine inquiétude.

"La crédibilité du Pacte de stabilité est mise à l'épreuve", déclare ce dernier, dans les colonnes du Handelsblatt.

(Kirsti Knolle à Francfort et Ingrid Melander à paris, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berghof le mardi 24 fév 2015 à 00:17

    Repoussé à la Saint Glinglin. Qu'attendre d'autres de socialistes !!!

  • birmon le lundi 23 fév 2015 à 20:33

    Le gouvernement ne veut pas faire les réformes indispensables mais impopulaires avant les élections de 2017. Il pourra ainsi à nouveau faire de promesses mensongères pendant la campagne. Ses adversaires s'il ne mentent pas sur les sacrifices à faire seront battus. Quel manque de courage ! J'espère qu'ils n'obtiendront pas ce nouveau délai car ce retard des réformes nous coûte en chômage en impôts et taxes et en départ de nos élites pour l'étranger.

  • ddenis14 le lundi 23 fév 2015 à 20:30

    Tous les ans on recule de 2 ans. Bravo le capitaine de rétropédalo!

  • 82554976 le lundi 23 fév 2015 à 20:27

    Le gros ne veut pas faire d'efforts d'économie et rejette le bébé pour le futur président !! J'éspère d'Angela va se facher

Partenaires Taux