Paris veut muscler sa posture militaire dans le nord du Mali

le
0
Alors qu'un coup de frein aux opérations de retrait a été donné, à Kidal, les forces françaises vont améliorer leur visibilité.

AU XVIe siècle, Machiavel le faisait déjà remarquer: «On fait la guerre quand on veut. On la termine quand on peut». Paris vient d'en faire l'amère expérience au Mali. Et peut-être d'en tirer les leçons. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré lundi que la France allait renforcer sa présence «pour pouvoir faire reculer le terrorisme». La veille, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius avait affirmé que «la sécurisation de la zone et des zones voisines» devait être accrue.

Après avoir annoncé au printemps un retrait rapide des forces de «Serval», la France se prépare-t-elle à remonter en puissance au Mali, où la situation s'est dégradée ces dernières semaines? L'état-major des armées refuse de commenter. Au ministère de la Défense, on préfère évoquer pour l'instant «un changement de posture» ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant