Paris veut inscrire ses toits au patrimoine mondial de l'Unesco

le
0

INFOGRAPHIE - La maire UMP du 9ème arrondissement, Delphine Bürkli,présentera cette initiative lors du prochain Conseil de Paris, les 20 et 21 octobre prochains.

Après l'inscription - il y a plus de 20 ans - des deux rives de la Seine sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco, ce sont les toits de Paris qui pourraient à leur tour y faire leur apparition comme le révélait Metro News. Le sujet sera discuté par les élus locaux lors du prochain Conseil de Paris, prévu les 20 et 21 octobre prochains. Le projet a en effet déjà été débattu et voté au Conseil de Paris, le 1er octobre dernier.

À l'origine de cette initiative qui peut paraître quelque peu surprenante, la maire UMP du IXème arrondissement, Delphine Bürkli, qui croit dur comme fer au potentiel des toits parisiens. Ces derniers formaient déjà un véritable enjeu lors des dernières élections municipales. La Maire PS Anne Hidalgo s'était d'ailleurs engagée à ce que près de «314 hectares de toits-terrasses», soient végétalisés. Cette mesure était même qualifiée comme «l'une des plus grandes révolutions urbaines que la ville a connues», sur le site internet de campagne d'Anne Hidalgo. Il y a un peu plus d'une semaine, le vote pour le budget participatif a été dans ce sens: plus de 20.000 votes des Parisiens ont été enregistrés pour le projet de végétalisation des murs, qui a largement été celui qui s'est le plus démarqué pour améliorer le cadre de vie des parisiens.

Jointe par Le Figaro, Delphine Bürkli explique que «c'est une idée que j'ai eue bien avant d'être élue. Maintenant que j'ai obtenu le soutien de la mairie de Paris, un groupe de travail va être mis en place pour constituer le dossier de candidature qui sera envoyé à l'Unesco.

Adopté à l'unanimité! "@GroupeUMP: @dburkli demande que les toits de Paris soient classés au patrimoine mondial de l'UNESCO #ConseildeParis"

-- Delphine Bürkli (@dburkli) 1 Octobre 2014

De nombreux artistes ont trouvé de l'inspiration dans les toits parisiens: la peinture la Vue de Paris (1886) de Vincent Van Gogh, l'incontournable les toits de Paris (1952) de Nicolas de Staël, ou au cinéma, les vues de Paris dans le film Baisers Volés (1968) de François Truffaut. «De tout temps, ce 7ème étage de Paris a intéressé des artistes, fascinés par ces toits faits de zinc et d'ardoise, et par leur panel de couleurs», constate Delphine Bürkli.

Il va sans dire que les toits de Paris ont également une vraie valeur touristique: les rooftops parisiens - toits-terrasses qui surplombent la capitale - rencontrent un franc succès. Le Georges, bar à la vue spectaculaire situé en haut du centre Georges Pompidou, le Nüba, ou encore - plus récent - le Perchoir situé dans le quartier de Ménilmontant sont des lieux très tendances, surtout en pleine saison estivale. Le Figaroscope avait d'ailleurs établi un classement des meilleurs rooftops de Paris. Le souhait de Delphine Bürkli est de continuer à développer ce type de lieux pour booster encore davantage l'attractivité des toits.

En France, c'est 38 sites qui sont actuellement classés au patrimoine mondial de l'Unesco, le dernier à y être entré étant la grotte Chauvet, dans l'Ardèche, en juin dernier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant