Paris: une séance de temporisation.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris (-0,25%) patine entre 4.490 et 4.495 points depuis plus de 2 heures...

Le CAC 40 était revenu progressivement vers l'équilibre (entre 9h15 et 14 heures), avec une régularité si parfaite qu'elle trahissait la mise en oeuvre d'un algorithme. L'indice phare a vraiment du mal à se rapprocher des 4.500 points, alors que Wall Street reprend déjà 0,6% et efface l'essentiel de ses pertes de la veille.

Il affichait d'entrée de jeu un repli de 1% ce mercredi matin en réaction à des rumeurs évoquant un retrait graduel ('tapering') des mesures d'assouplissement ('QE') de la Banque centrale européenne (BCE). Après avoir signé 5 séances consécutives de hausse, il pouvait de surcroît légitimement reprendre son souffle...

Les indicateurs américains publiés cet après-midi aux Etats Unis ne suscitent pas l'euphorie: l'institut ADP a publié son enquête mensuelle sur les créations d'emplois dans le secteur privé et a comptabilisé 154.000 nouveaux jobs, un chiffre inférieur aux attentes.

Le déficit commercial s'est, lui,, creusé de 3% à 40,7 milliards de dollars. Il s'agit certes de l'épaisseur du trait, mais cela déjoue l'anticipation d'une embellie.

Enfin, l'ISM des 'services' américain, le baromètre de l'activité du secteur tertiaire, grimpe en revanche vers 57,1, un plus haut depuis 2008, mais cela ne redonne pas davantage un coup de fouet à Wall Street.

'On marque une pause en raison d'informations indiquant que la BCE pourrait entamer une normalisation de sa politique monétaire en 2017 et de propos de membres de la Fed favorables à une hausse des taux', expliquait ce matin un gérant parisien. Et de poursuivre: 'ajoutons à cela la publication des chiffres de l'emploi américain vendredi et l'ouverture prochaine de la saison des résultats trimestriels, et tous les éléments semblent réunis pour temporiser'.

Ailleurs en Europe, Londres rétrocède 0,6%, tandis que Francfort s'effrite de 0,2%. Amsterdam perd pour sa part 0,5%, mais Milan engrange 1%.

Au niveau des indicateurs européens, l'indice PMI final Markit composite de l'activité globale s'est replié de 52,9 en août à 52,6 dans la zone euro en septembre, confirmant ainsi son estimation 'flash'. En France, le PMI des 'services' est, lui, confirmé à 53,2 contre 52,2 en août.

Du côté des valeurs, les bancaires sont évidemment bien orientées dans l'optique de la fin de la politique ultra-accommodante de la BCE qui détruit les marges des établissements de crédit. BNP Paribas progresse de 2,5%, Société Générale 3,3% et Natixis 2,2%... sans oublier AXA, qui avec une hausse de 3,5% occupe la place de leader du CAC40.

Lanterne rouge de l'indice SBF 120, l'action SFR Group recule a contrario de 5,1% alors que l'Autorité des marchés financiers (AMF) a jugé 'non conforme' l'OPA d'Altice, le holding néerlandais du magnat des télécoms Patrick Drahi.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant