Paris: tiré par W-Street, stupéfait par le piratage de Vinci

le
2

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,4% à 4.5480) ne finit pas au plus haut du jour et même pas au-dessus des 4.550.

Les scores sont presque anecdotiques en regard de ce qu'il faudrait bien appeler 'l'affaire Vinci' avec ce qui s'apparente à une attaque très sophistiquée visant à nuire à l'entreprise.

Il s'agit d'une première historique : faux communiqué (piratage des serveurs de Vinci pour publication d'un texte présentant des caractéristiques authentiques) et suivi d'un communiqué (quelle crédibilité) revendiquant le caractère délibérément malveillant de l'opération ('hacking') pour dénoncer l'action du groupe de BTP en France et dans le monde.

Le faux communiqué repris par les principales agences de presse économique anglo-saxonne (révision à la baisse des résultats 2015 et 2016, licenciement du CFO de Vinci) a provoqué l'effondrement de -190% du cours entre 61,5 et 49,9E, ce qui a entrainé mécaniquement une chute de 30Pts du CAC40, entre 4.570 (+1%) et 4.542Pts (+0,3%).

Un rapide démenti a permis au cours de Vinci de remonter vers 60E (la direction invoque un acte de piratage de ses serveurs et va porter plainte) mais il n'est pas certain que les transactions de 16H10 à 16H18 (avant suspension) soient annulées... avec cette question: quelqu'un en a t'il profité (il va être difficile d'identifier les transactions 'suspectes' tant les volumes furent conséquents).

Cet incident met également en lumière le rôle des 'algos' qui agissent à l'aveugle et engendrent le surgissement de programmes de ventes à découvert.

Vinci a terminé en repli de -3,8% (avec 1% du capital échangé), ce qui met en évidence une réaction de prudence des investisseurs.

Ailleurs en Europe, pas d'incident Vinci: les indices affichent +0,37% en moyenne (Milan gagne +1,4%) alors que Wall Street aligne à mi-séance des plus hauts historiques en cascade: 19.000 pour le Dow Jones, 2.203 pour le S&P 500, 5.290 sur le Nasdaq Composite et 7ème record consécutif pour le Russel-2000 (12ème hausse d'affilée).

Certains stratèges commencent néanmoins à mettre en garde contre le niveau de valorisation affiché par les valeurs américaines, estimant que la seule référence qui vient désormais à l'esprit, c'est l'épisode de décembre 1999/mars 2000.

'Le marché boursier va forcément, à un moment ou un autre, être rattrapé par le durcissement de la politique monétaire et la remontée du dollar', avertit ainsi un spécialiste.

'Attention néanmoins, car des marchés au zénith sont par définition dans une dynamique haussière et doivent être traités en tant que tels', juge un autre trader.

La séance de mercredi sera caractérisée par une concentration de statistiques américaines demain (commandes de biens durables, chiffres hebdomadaires du chômage, ventes de logements neufs, stocks de pétrole et indice de confiance des consommateurs du Michigan, en sus des 'Minutes' de la Fed), tout étant 'tassé' à la veille du 'pont' de Thanksgiving.

Sur le marché des changes, l'euro est pratiquement stable face au dollar à 1,0620, tandis que le baril de WTI accroche les 48$.

Concernant la microéconomie, les financières ont soutenu le CAC40 avec AXA (+3,7%), BNP-Paribas (+2,3%) puis Crédit Agricole (+2%).

Côté replis, Essilor accuse, de très loin, la plus forte baisse de l'indice phare, mais aussi du SBF 120. En recul de 6,1%, le géant de l'optique ophtalmique est lourdement sanctionné pour avoir abaissé ses prévisions 2016, un exercice pour lequel il n'attend plus qu'une croissance organique 'autour de 3,5%', contre 4,5% auparavant, le ralentissement du marché se confirmant notamment aux Etats-Unis. La prévision de marge a quant à elle été abaissée de 0,3 point à environ 18,5%.

Zodiac Aerospace abandonne pour sa part 2,15% dans le sillage de la publication de ses comptes pour 2015/2016, marqués par un résultat net part du groupe de 108,1 millions d'euros, en repli de 41,5%, et un résultat opérationnel courant (ROC) de 269,6 millions, en diminution de 14,1%. Le groupe vise un chiffre d'affaires stable et un ROC qui devrait afficher une hausse de 10 à 20% pour le nouvel exercice, puis une marge opérationnelle à deux chiffres pour 2017/2018.

Du côté des hausses, Valeo (+2,9%) a annoncé ce mardi matin une OPA partielle en vue de prendre le contrôle d'un de ses partenaires au Japon, le groupe Ichikoh, spécialisé notamment dans l'éclairage, au capital duquel il était entré en avril 2000 et dont il détient actuellement 31,6% du capital.

Sanofi est stable malgré l'annonce de l'approbation des autorités sanitaires américaines pour commercialiser un nouveau traitement du diabète de type 2, Bouygues (+2,1%) profite d'un relèvement de sa recommandation à 'neutre' par Goldman Sachs, Klépierre (+2%) est upgradé à 'acheter' par HSBC.

Areva s'envole de +8% grâce à l'annonce d'un contrat de 30Mn$ pour la fourniture et l'installation d'équipements à la centrale nucléaire de Palo Verde

Enfin, Trigano s'envole de +5,2% au lendemain de résultats annuels très solides, avec notamment un bond de 50,7% du bénéfice net à 89,7 millions d'euros, un bénéfice opérationnel courant qui a grimpé de 56,1% à un peu plus de 100 millions et un chiffre d'affaires en augmentation de 22,5% à 1,317 milliard.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Typhon73 il y a une semaine

    La panique des robots, eh oui un sentiment bien humains. La stupidité de la machine programmé par des humains avides d'argent. Retour au fondement de la bourse demandé.

  • Nemlods il y a une semaine

    "a provoqué l'effondrement de -190% du cours entre 61,5 et 49,9E" à vos calculettes !!