Paris termine la semaine en baisse

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - Par ailleurs, les dernières déclarations en provenance du G20, qui se tient aujourd'hui et demain à Moscou, se veulent rassurantes alors que les investisseurs redoutent toujours une "guerre des monnaies". A Paris, l'actualité des sociétés a permis à PPR de se distinguer en forte hausse, après ses revenus annuels.


ECO ET DEVISES

L'indice "Empire State" d'activité manufacturière régionale de la Fed de New York publié ce vendredi a très agréablement surpris, puisqu'il ressort positif de plus de 10 points pour le mois de février 2013, alors que le consensus était logé à -2 sur la période. Cet indicateur positif signale une expansion retrouvée de l'activité manufacturière dans la région, après la contraction du mois de janvier. L'indice était négatif de 7,8 points en janvier. L'indice des commandes nouvelles en février a rebondi à 13,3, contre -7,2 en janvier. Le sous-indice des livraisons s'est également amélioré fortement. Les conditions du marché du travail sont par contre restées contrastées. Pour finir, l'indice prévisionnel de l'activité à six mois a augmenté pour atteindre son meilleur niveau depuis avril. L'indice Empire State est par ailleurs positif pour la première fois depuis juillet 2012, d'après la Banque.

L'indice du sentiment des consommateurs américains pour le mois de février 2013, mesuré par l'Université du Michigan et Reuters, est ressorti à 76,3 pour sa lecture préliminaire, contre un consensus de place de 75 et un niveau de 73,8 rapporté fin janvier.

D'après la Fed ce vendredi, la production industrielle américaine du mois de janvier 2013 a reculé de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus et +0,4% en décembre 2012.

Le taux d'utilisation des capacités de production s'est élevé à 79,1% en janvier, contre 78,9% de consensus et 79,3% en décembre. La production manufacturière, enfin, est ressortie en recul de 0,4%, contre +0,2% de consensus de place. La parité euro / dollar atteint 1,336. Le baril de Brent se négocie 116,8$ et le WTI 95,5$ pour l'échéance d'avril. L'once d'or se traite 1.604$ (-1,9%).

VALEURS EN HAUSSE

* PPR grimpe de 7,6%. Les comptes 2012 reçoivent très bon accueil, avec une action sur un nouveau plus haut historique ! Il faut dire que les résultats ont dépassé les attentes, avec une progression à deux chiffres grâce au recentrage sur le luxe et les marques de mode modernes, même si celles-ci, Puma notamment, ont souffert en 2012.

* Guerbet (+6,1%). Le titre connaît un petit accès spéculatif, après une bonne nouvelle en provenance des Etats-Unis. Un premier comité de l'agence américaine du médicament a voté à l'unanimité en faveur de l'autorisation de Dotarem. La réponse définitive de la FDA est attendue le 20 mars prochain.

* Bolloré monte de 5,7%. Le dossier est dopé par le relèvement de l'objectif de cours d'Exane BNP Paribas, qui reste positif sur la valeur en publiant une note très optimiste.

* Renault gagne 3,4%. Les performances financières 2012 du constructeur séduisent toujours. Ce matin, c'est JP Morgan qui a succombé, en relevé de "neutre" à "surpondérer" sa recommandation sur le constructeur français. L'objectif de cours a été porté de 50 à 55 euros. La SocGen a confirmé de son côté son avis à l'achat et relevé de 46 à 55 euros sa valorisation.

* Bouygues regagne 2,9% après avoir enregistré trois séances consécutives de baisse.

* Recylex reprend 2,1%. Le dossier est porté par l'annonce d'un chiffre d'affaires annuel bien meilleur que prévu. Le recycleur de métaux a enregistré des revenus de 471,1 millions d'euros en 2012, en hausse de 3%. Le consensus tablait sur des ventes de 441 millions d'euros.

* Technip (+2%). Le titre est porté par une note d'analyste. Cheuvreux a rehaussé de "sousperformance" à "surperformance" sa recommandation sur le dossier en visant 90 euros. Alors que le titre a fortement souffert en début d'année après l'avertissement de son homologue italien Saipem, le broker estime que le groupe devrait rassurer les investisseurs le 21 février.

* Vivendi progresse de 1,8%. Sanctuary Records, le label des groupes de "metal" Black Sabbath et Megadeth, aurait été cédé par Universal Music Group (Vivendi) à BMG Rights Management, selon une bonne source citée par Bloomberg. La transaction, évaluée à 40 millions de livres (environ 46,5 millions d'euros), fait partie des cessions d'actifs exigées par la Commission européenne pour autoriser le rapprochement entre UMG et EMI. Il s'agirait de la seconde opération conclue dans ce cadre, après la vente de Parlophone pour 570 millions d'euros la semaine dernière. BMG Rights Management est une structure basée à Berlin, créée par le fonds KKR, qui se constitue un portefeuille de droits musicaux.

* Peugeot gagne 0,2%. Standard & Poor's a frappé deux fois sur Peugeot hier. Une première fois directement sur la société et une seconde sur sa filiale Banque PSA Finance. Si la dette du constructeur était déjà en catégorie spéculative, le basculement de son bras financier dans ce compartiment risque de compliquer encore la question de son financement à terme. S&P a donc abaissé d'un cran la notation crédit de Banque PSA Finance, le véhicule de financement du groupe Peugeot. Une décision lourde de sens puisqu'elle entraîne la dette de l'entité de "BBB-" à "BB+", ce qui lui fait franchir la frontière entre la catégorie d'investissement et la catégorie spéculative. La note court terme passe de "A-3" à "B", tandis que la perspective reste "négative". Un peu plus tôt, S&P avait abaissé de "BB" à "BB-" la notation crédit de PSA en s'alarmant de "l'érosion rapide" des métriques crédit.

VALEURS EN BAISSE

* Solvay perd 4,8% après avoir déjà cédé 0,9% hier.

* Vivalis (-3,6%). Le niveau de trésorerie est décevant publié par la société à l'issue de son exercice est décevant.

* Crédit Agricole abandonne encore 2,7% et enregistre ainsi une troisième séance consécutive de baisse.

* Vinci recule de 2% après avoir perdu 0,4% hier.

* EDF perd 1,8%. EDF et Veolia sont enfin parvenus à un accord concernant le financement de Dalkia International. Il prévoit l'émission de 600 millions d'euros d'obligations super-subordonnées par la filiale, souscrites à hauteur de leur participation directe au capital par les deux maison-mères, soit 144 millions d'euros pour EDF et 456 millions d'euros pour Dalkia, financés par un prêt à long terme de Veolia Environnement. Cet accord permet à Dalkia International de faire face à ses besoins et lui offre par ailleurs la possibilité de rechercher des financements externes dans de meilleures conditions. Il marque aussi l'engagement responsable de nos actionnaires auprès de leur filiale commune et leur confiance dans les perspectives de croissance de Dalkia, explique Franck Lacroix, le président de Dalkia. Dalkia est un spécialiste des services énergétiques détenu à 66% par Veolia et 34% par EDF. Les relations n'étant pas au beau fixe entre les deux actionnaires, le financement de l'entreprise avait pris du retard. Comme son nom l'indique, Dalkia International regroupe les entités qui n'opèrent pas en France.

* STMicro recule de 1,4%. STMicroelectronics vient de signer un accord avec Hyundai Autron, filiale du groupe coréen automobile Hyundai Motor spécialisée dans les applications électroniques. Les deux partenaires développeront ensemble des systèmes de contrôle électronique de classe mondiale pour applications automobiles.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant