Paris suspects : L.Karabatic, " le petit frère qui a fait une connerie "

le
0
Paris suspects : L.Karabatic, " le petit frère qui a fait une connerie "
Paris suspects : L.Karabatic, " le petit frère qui a fait une connerie "

Luka Karabatic était lui aussi entendu mercredi par le tribunal de Montpellier dans l'affaire des paris suspects, alors qu'il avait déjà reconnu lors de l'instruction qu'il avait parié sur un match de son équipe.

Avant Nikola Karabatic, son frère cadet, Luka, avait été entendu à la barre du tribunal correctionnel de Montpellier, qui juge l'affaire des paris suspects dans laquelle seize personnes - dont huit joueurs - sont poursuivies pour avoir misé sur le match de Championnat entre Cesson-Rennes et Montpellier le 12 mai 2012. « Il m'a parlé comme à son petit frère qui a fait une connerie, a raconté le néo-parisien à propos de la réaction de son frère lors de ses aveux. Ce n'était pas très agréable... Il m'a dit que c'était un peu idiot d'avoir fait ça, que je pouvais être licencié ». Après avoir admis qu'il se « doutait un peu » qu'il n'avait pas le droit de parier, Luka Karabatic a assumé avoir misé 8 000 euros avec sa compagne, Jennifer Priez.

Honrubia, Gajic et Robin également entendus

Alors que ses défenseurs avancent une « tentative d'émancipation » vis-à-vis d'un frère « très envahissant », le cadet des Karabatic a reconnu qu’il aurait dû « (s')affirmer, être fort », qu’il « fallait tenir la barre ». Avant d’avouer qu'il avait également misé 4 000 euros « dans le bar-tabac en bas de chez (lui), tenu par des Asiatiques » se disant « qu’ils ne savaient pas trop ce qu’est le handball ». Mercredi, Samuel Honrubia, Dragan Gajic et Mickaël Robin ont également été entendus par le tribunal. Le gardien de but aujourd'hui à Cesson-Rennes a pour sa part déclaré qu’il avait « joué ce match à 100 % » et n’avoir « absolument rien vu d'anormal dans les attitudes et l'efficacité ».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant