Paris survit à la bataille de Londres

le
0

Après une heure et demi de rebondissements, de bourdes et de moments de très beau football, le PSG rentre de Londres avec le match nul. Un score loin d'être décevant puisque Paris prend la tête du groupe, même s'il y avait de la place pour faire mieux.

Arsenal 2-2 Paris Saint-Germain

Buts : Giroud (45e sp) et Verratti (60e csc) pour Arsenal // Cavani (18e) et Lucas (77e) pour Paris

Comment marquer un pénalty à Alphone Aréola ? Il y a deux mois, les tireurs de Ludogorets se sont penchés sur l'équation, en finissant par se casser les dents sur le colosse des cages parisiennes. Alors juste avant la mi-temps, Olivier Giroud a été envoyé au charbon, car les Gunners se sont dit que seul un Bleu pouvait terrasser un autre Bleu. Logique mystique mais efficace, puisque Giroud réussit le contre-pied parfait pour égaliser, laissant ensuite à Felix Byrch le soin de siffler le retour aux vestiaires. Un premier acte plaisant, avant que le deuxième ne prenne la relève, avec d'autres moments insolites. Encore plus plus bête que le pénalty concédé, le but dans sa propre cage de Verratti, impuissant et shooté par Marquinhos pour un coup de flipper fatal. Deux buts encaissés pour deux faux pas indignes du niveau du match, mais Lucas était là pour remédier aux problèmes parisiens et arrache le point du nul du bout de la calvitie. Le suspense pour la première place du groupe A durera jusqu'à la dernière journée.

La bourde de Grzegorz


Le match avait démarré dès l'aéroport, avec un Serge Aurier coincé à la douane avec ses valises pour un problème de tampon sur son passeport. Mais Meunier fait plus que dépanner et assure un intérim complet, en envoyant des centres en l'air ou à ras de terre pour un Cavani intenable et empilant les appels. Paris pose ses attaques, accélère quand ça fait mal, et en face les garçons de Wenger n'arrivent pas à trouver de fenêtre de tir exploitable. En un quart d'heure, Cavani est même proche de rentrer sa spéciale, sa désormais classique tête au premier poteau pour couper les corners, et heureusement pour les Londoniens que Gibbs trainait sur sa ligne. Mais la solution arrive par Matuidi, reconverti ce soir en ailier gauche modèle, qui se faufile dans le dos de Mustafi pour

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant