Paris stressé, mais Paris magique

le
0
Paris stressé, mais Paris magique
Paris stressé, mais Paris magique

Au terme d'une rencontre qui restera dans les annales, le PSG a magnifiquement disposé du FC Barcelone (3-2). David Luiz et Marco Verratti ont inscrit leurs premiers buts pour Paris, qui se replace parfaitement dans sa poule de Ligue des champions.


PSG - Barça
(3-2)

David Luiz (10'), M. Verratti (26'), B. Matuidi (53') pour PSG , L. Messi (11'), Neymar (54') pour FC Barcelone.


Le propre de la magie, c'est qu'on ne peut l'expliquer. À la 26e minute, quand Marco Verratti a placé sa petite tête moisie mais victorieuse au second poteau, le public du Parc des Princes a compris. Compris que cette soirée ne serait pas comme les autres, saisi que ce match serait un spectacle irrationnel, une rencontre de folie. Inspiré comme jamais, le milieu italien a marqué son premier but tant attendu avec le PSG, sous les acclamations d'un Parc envoûté et le sourire incrédule de Laurent Blanc. Ce dernier n'a pas boudé son plaisir à la tombée du rideau ; sortie tout droit de son chapeau, sa tactique ésotérique a parfaitement fonctionné. Après six matchs nuls en neuf rencontres, le Paris Saint-Germain s'est exorcisé avec la manière de son début de saison raté, et a réalisé un miracle face à un adversaire qui marchait sur l'eau et sur l'Espagne depuis cet été.
Le PSG en action
Jamais depuis le début de la saison, le Barça n'avait encaissé de but. Toute la force du PSG ce soir aura été de passer outre l'illusion d'un adversaire invincible. Il aura fallu à peine dix minutes à David Luiz, critiqué avant la rencontre, mais immense ce soir, pour déflorer le géant espagnol. Servi sur coup franc, le défenseur brésilien a contrôlé la balle avant de tromper Marc-André ter Stegen d'une frappe en pivot (10e). De quoi récompenser une entame de match marquée par le pressing constant et très haut du milieu parisien, beaucoup plus tranchant à la récupération. Privé d'Ezequiel Lavezzi et de Zlatan Ibrahimovi?, dont l'absence n'a pas été comblée par Edinson Cavani, le PSG s'en est remis aux tours de passe-passe ultra-rapides de Lucas (34e, 36e) et à l'ubiquité de Javier Pastore (59e) pour créer le danger dans le jeu. Enfin de retour, Blaise Matuidi a inscrit le troisième but parisien sur un joli centre tendu de Van der Wiel ; un numéro classique,......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant