Paris: stagnation des indices malgré Peugeot et Telecom.

le
0

(CercleFinance.com) - Un coup d'accélérateur algorithmique (de +1,2%, relié à aucune cause identifiée la veille) et puis plus rien: la Bourse de Paris (inchangée) végète entre 4.885 et 4.895 depuis 9H30 ce matin.

Une stagnation est également attendue à Wall Street ce mardi, au lendemain d'une séance historique qui a vu 5 indices majeurs pulvériser simultanément des records absolus.

Au chapitre macroéconomique, les chiffres du jour sont pour le moins mitigés, voir nettement inférieurs aux attendes, ce qui ne provoque aucune réaction d'humeur sur les marchés.

Les investisseurs ignorent littéralement la chute de 16,6 vers 10,4 de l'indice ZEW (Allemagne) au titre du mois en cours. Dans la zone euro, la production industrielle a chuté de -1,6% en décembre dans l'Eurozone, de -1,1% dans l'ensemble de l'UE.

L'inflation allemande s'élève à +1,9%, celle mesurée au Royaume Uni est assez proche, à +1,8%.

Toujours aucune réaction des marchés.

Aux Etats-Unis les prix à la production industrielle (PPI) pour le mois de janvier ressortent en hausse de +1,6% mais hors énergie, ils ne progressent que de +0,2%... et toujours aucune réaction des 'futures' US.

Les opérateurs attendent maintenant des nouvelles de la Fed - notamment de la part de sa présidente Janet Yellen, dont l'audition devant la commission bancaire du Sénat est prévue aujourd'hui. ' Difficile d'anticiper quoi que ce soit qui puisse secouer les marchés ', a commenté un intervenant.

En attendant, sur le marché des changes, l'euro cote 1,0619 dollar (+0,2%), alors que le baril de Brent avance de 0,6% environ à 56 dollars.

Enfin, s'agissant des valeurs, la thématique du jour, ce sont les opérateurs télécoms qui effectuent un véritable tir groupé, avec Iliad (+3%), Bouygues (+1,5%) et SFR Group (+1,2%) sur fond de retour de la spéculation quant à un passage à 3 opérateurs dans l'Hexagone. Selon la Lettre de l'Expansion, Patrick Drahi aurait renoué le dialogue à cette fin.

Le titre Peugeot s'impose largement en tête du CAC40 avec +4,5% suite aux informations de négociations pour le rachat d'Opel/Vauxhall alors que les négociations avec General Motors seraient 'très avancées'.

Michelin s'adjuge pour sa part 1,5% dans le sillage de comptes annuels marqués par une forte progression du bénéfice net et par une hausse de 2,1% des volumes supérieure à celle du marché, en sus de perspectives solides.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant