Paris: sous performe spectaculairement WStreet à cause du $

le
1

(CercleFinance.com) - Le bel élan haussier de mardi et mercredi s'éteint brusquement à Paris qui finit en repli de -1,34% à 4.385, proche des plus bas du jour.

Après un gain de +2,7% en 48H, en reperdre la moitié constitue un scénario classique... mais c'est très décevant quand parallèlement Wall Street poursuit sur sa lancée et fait l'effort d'affiche des scores positifs pour finir le 1er trimestre dans de bonnes conditions.

Le CAC40 n'y parvient pas et cède -5,5% depuis le 1er janvier (alors que le Dow Jones grappille +2%, soit un différentiel très rare de -7,5%).

L'Euro-Stoxx50 ne s'en sort pas mieux (-1,3% ce jeudi à 3.005 et -8,6% en 3 mois) malgré la résilience de Wall Street qui affiche à mi-séance des variations symboliques mais positives (de +0,1% pour le 'S&P' à +0,3% pour le Nasdaq... le Dow Jones testant ses sommets de mi-décembre).

Les indices US digèrent sans dommage l'accélération haussière de mardi et mercredi provoquée par l'anticipation d'un immobilisme de la FED se prolongeant au-delà du mois de juin, les places européennes pâtissent de l'affaiblissement du Dollar (qui menace de s'enfoncer sous 1,14/E).

Les indices US n'ont même pas salué à 15H30 la nette embellie de l'indice PMI de Chicago qui bondit de 47,6 vers 53,6 (au lieu de 50,7 attendu), pas plus qu'ils n'avaient réagi vers 14H30 à la publication d'une hausse de +11.000 demandeurs d'indemnités chômage aux Etats Unis à l'issue de la semaine s'achevant le 25/03.

Tony Cross, analyste de marché chez Trustnet Direct souligne que 'les nombreuses données à venir d'ici la fin de la semaine incitent aussi à un certain degré de prudence'.

Côté chiffres européens, l'indice des prix à la consommation (IPC) de la France augmenterait de 0,7% en mars 2016 par rapport au mois précédent, comme en mars 2015, d'après l'estimation provisoire réalisée par l'Insee.

Par ailleurs, les dépenses de consommation des ménages français en biens ont augmenté de 0,6% en volume en février, dépassant leur précédent plus haut niveau atteint début 2011, tandis que les prix de production des produits industriels ont reculé de 0,5%.

Europe et selon l'estimation 'flash' d'Eurostat, l'indice des prix harmonisé IPCH a reculé de 0,1% par rapport à mars 2015 (après -0,2% en février), une évolution qui s'explique par la chute de -8,7% des prix de l'énergie.

Sur le plan des valeurs, Bouygues (-3,65%) fait figure de lanterne rouge du CAC40, après que le conglomérat et Orange (-1,5%) aient reporté de quelques jours la fin de leurs discussions portant sur l'avenir de Bouygues Telecom.

Airbus, pénalisé par la fermeté de l'Euro, essuie aussi l'un des plus forts replis de l'indice (-2,7%). Kering et LVMH reculent de -2,6% pour des motifs identiques.

Le secteur énergie était également éprouvé avec EDF qui lâche -2?75% et Total -2,25%.

Parmi les valeurs plus modestes, Actia Group recule de 5% après la publication par la société d'électronique embarquée d'un résultat opérationnel en baisse de 7,5% à 19,8 millions d'euros au titre de 2015.

A noter la rechute de -7,95% de Neopost (vers 18,47E) au lendemain d'un rebond de +4% en clôture et jusqu'à +6% en séance).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ericlyon il y a 8 mois

    Oui le DOWJONES superforme le cac de 7,5% depuis le début de l'année alors que tous les spécialistes disaient qu'il fallait acheter des actions européennes plutôt que des actions américaines