Paris se prépare à la future crue du siècle

le
0

Les autorités organisent du 7 au 18 mars une simulation grandeur nature d’une inondation supérieure à celle de 1910 pour tester la réactivité de tous les acteurs concernés.

Jeudi 10 mars, 14 heures : la hausse du débit de la Seine se poursuit. Sa hauteur gare d’Austerlitz est susceptible de passer au-delà de 7,2 m dans les prochaines heures. Circulation normale sur les réseaux TER et Intercités, mais trafic interrompu sur la ligne C du RER et fortement perturbé sur les lignes A et B. De nombreux tronçons routiers et ponts sont impraticables ou inaccessibles en Essonne, Seine-et-Marne et Seine-Saint-Denis. Les hôpitaux de Créteil et Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) sont privés d’électricité. Le centre d’incinération d’Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) est hors d’usage, les collectes de déchets ménagers doivent être détournées…

Depuis trois jours et demi, services de la préfecture de police de Paris, personnel des communes bordant la Seine et la Marne, opérateurs téléphoniques ou encore hôpitaux vivent au rythme des bulletins de situation diffusés au fil de la montée des eaux. Maisons de retraite et écoles fermées, logements inondés, électricité coupée, distribution en eau potable interrompue, transports bloqués, services publics perturbés : à mesure que le niveau du fleuve s’élève, les conséquences s’aggravent dans la région, et l’effervescence s’accroît partout pour limiter autant que faire se peut les dégâts, maintenir l’activité des services vitaux et organiser la protection des Franciliens.

C’est au scénario catastrophe d’une crue centennale identique ou supérieure à la grande crue de 1910 que Paris se prépare. Du 7 au 18 mars, ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant