Paris se défait de Toulouse en marchant

le
0

Mis à mal, par moments en danger, le PSG n'a pas beaucoup couru face au TFC. Et pourtant, le PSG l'a encore emporté. Le résultat d'un cynisme glaçant devant les buts, et d'une maladresse toulousaine à toute épreuve.

Toulouse FC 0-0 Paris Saint-Germain

Buts : Zlatan (70e)

Face à David Luiz, Wissam Ben Yedder enchaine les petites touches de balle, cherche l'ouverture. Râteaux après râteaux, feintes d'accélération après crochets courts, l'attaquant toulousain secoue le chou fleur du parisien sans jamais perdre le contact avec le cuir. Puis, une frappe lourde s'échappe de ses crampons. Dans un Stadium plein pour la réception du parisien, ce ne sont pas les filets qui tremblent, mais bien la transversale. Une semaine après son triplé, WBY ne témoigne pas de la même réussite, malgré un niveau de jeu tout aussi exceptionnel. Ces quelques centimètres en trop, Toulouse les aura d'ailleurs subis tout le match, sur une passe trop longue, un contrôle mal maitrisé, une faute à la limite de la surface… Un mal frappant et surtout, dommageable, tant le TFC aura mis à mal l'incontestable leader de la Ligue 1, sans toutefois arrivé à le faire tomber. Avant, forcément, de se faire punir comme un enfant par un PSG qui a une nouvelle fois fait parler son expérience de grand.

La foire des occasions manquées


Première des trois confrontations entre les Violets et le PSG (les deux clubs se retrouveront en Coupe de France ainsi qu'en Coupe de la Ligue), l'opposition marque les ambitions retrouvées des hommes d'Arribagé. Dans les pas de son duo Ben Yedder-Braithwaite, le TFC expose un 3-5-2 joueur qui, s'il peut être risqué face à la puissance offensive parisienne, va trouver son salut dès la 17e minute. Alors que le PSG affiche une possession de balle monstrueuse (près de 80%), Javier Pastore subit les foudres de son mollet et doit céder sa place à Edinson Cavani. Un accroc dans le plan de jeu de Laurent Blanc, délesté de Di Maria, Verratti ou encore Thiago Silva, et obligé de changer de système pour se conformer aux hommes disponibles. Après une banderille de Zlatan, bien sauvée sur sa ligne par Diop, ce sont en effet les Toulousains qui vont afficher leur envie et leur supériorité tactique en cette fin d'après-midi. Coincés dans la tenaille du milieu du TFC, le PSG déjoue, pris à la gorge sur chacune de ses prises de balles, incapable d'écarter ou même de confier à Zlatan son rôle de plaque tournante.…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant