Paris se convertit à la loi Macron sur le travail dominical

le
0
Grand Magasin BHV Marais , ouverture le Dimanche en 2015.
Grand Magasin BHV Marais , ouverture le Dimanche en 2015.

Une disposition, examinée mercredi par le Conseil de Paris, autorisera les commerces de la capitale à ouvrir douze dimanches en 2017.

La chute de la fréquentation touristique et la situation du commerce à Paris sont-elles si catastrophiques pour que Anne Hidalgo assouplisse sa position sur le travail du dimanche ?

Le Conseil de Paris examine, mercredi 9 novembre, une disposition inscrite par la maire (Parti socialiste, PS) de Paris autorisant les commerces de la capitale à ouvrir douze dimanches en 2017, soit le quota maximum autorisé dans la loi Macron du 6 août 2015. Cet avis étant consultatif, sauf changement de dernière minute, cette mesure sera donc appliquée.

Certes, il s’agit du même nombre de dérogations au repos dominical qu’en 2016, mais c’est la première année que la municipalité a le pouvoir de décision sur cette question. Historiquement, cette compétence était, pour Paris, du ressort du préfet.

C’est d’ailleurs lui qui a instruit la demande de classement en zone touristique internationale (ZTI) – et par conséquent d’ouverture le dimanche – du centre commercial Vill’Up, qui ouvrira, le 30 novembre, au sein du parc de La Villette, dans le nord-est de Paris, et pour lequel la Mairie vient aussi de donner son aval.

« Concurrence faussée » Comme la municipalité avait affiché une opposition farouche à la loi Macron et aux plans du gouvernement sur la création de ZTI – autorisant les commerces à ouvrir sept jours sur sept et en soirée –, certains observateurs avaient imaginé que Mme Hidalgo réduirait à Paris le nombre de dimanches travaillés.

« Son opposition à la loi Macron a été perçue comme ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant