Paris:se cale dans la roue des indices US, baril +1,3% à 43$

le
0

(CercleFinance.com) - Chaque 'pullback' semble illustrer le principe: acheter tous les creux 'buy the dips'.

Le CAC40 est ainsi remonté de 5.232 à 5.282 (+50Pts) pour finir au plus haut du jour (+0,15%).

Une fois encore, la résilience de Wall Street (tous les indices US sont repassés dans le vert) permet aux places européennes de finir sur une note positive : l'Euro-Stoxx50 grappille +0,05% à 3.555.

Le pétrole demeure le 'driver' (le catalyseur) de la tendance à court terme et son rebond (+1,3% à 43,1$ sur le 'NYMEX') tempère les craintes de scénario déflationniste.

La Bourse de Paris poursuit globalement sa consolidation à l'horizontal, dans un biseau qui se resserre entre 5340 et 5230 points.

Si aucun signal directionnel n'émerge depuis 3 semaines, la multiplication des contrepieds en séance depuis 10 jours pourrait être un précurseur de remise en cause du 'bull market' (marché haussier), préviennent les chartistes.

A noter chez nos voisins la résilience de Francfort qui affiche +0,15% tandis que Madrid lâche -0,3% et Milan -0,7%.

'Pour ceux qui apprécient la volatilité, l'or noir est certainement la cible de choix en ce moment', commente Jingyi Pan, analyste chez IG à Singapour.

Outre-Atlantique, la résilience de Wall Street ne se dément pas non plus: à mi-séance, les grands indices US progressent respectivement de +0,1% pour le Dow Jones, +0,2% pour le 'S&P' et +0,3% pour le Nasdaq.

Côté chiffres, les inscriptions hebdomadaires au chômage progressent de +3.000 à 241.000: pas de quoi émouvoir Wall Street.

L'indicateur composite de l'activité économique avancé pour le mois de mai (Conference Board) a progressé de 0,3% en mai, conformément aux attentes, après +0,2% en avril (+0,3% en première estimation).

En France, le climat des affaires gagne un point à 106 mais surtout, il bondit de 4 points dans le commerce de détail, où il est au plus haut depuis début 2008.

Du coté des valeurs, le CAC40 est largement soutenu par Sanofi (+2,4%) puis Schneider (+2,1%).

Airbus (-0,5%) revendique pour 44Mds$ de nouvelles affaires engrangées à l'occasion du salon aéronautique de Paris-Le Bourget, Boeing revendique 75Mds$ avec pour les 2 avionneurs un envol des commandes d'avions mono-couloir de type A-320 ou B-737.

Le constructeur aéronautique européen a reçu des engagements pour 326 avions commerciaux, dont des commandes fermes pour 144 et des protocoles d'accords pour 182, représentant des montants respectifs de 18,5 et 21,2 milliards de dollars.

Mais son rival Boeing a engrangé pas loin de 600 commandes et intentions d'achat, avec plusieurs acheteurs de 100 appareils et plus (125 à 150 d'un coup sur les moyens courriers de la gamme 737).

Le secteur des 'technos' est à la peine ce jeudi avec Altran (-5,3%) et Alten (-4,7%), ST-Micro (à -2,5%) mais Cap Gemini surnage en solo à +0,8%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant