Paris sans forcer, Rennes sans idées

le
0

Paris l'a emporté petitement au Roazhon Park. Avec ses remplaçants sur le terrain au coup d'envoi, le PSG a eu besoin de la vision de Verratti pour déborder le bloc rennais. Et d'un coup de fusil d'Angel Di Maria.

Rennes 0-1 Paris Saint-Germain

But : Di Maria (75e) pour le PSG

Paris est définitivement seul. Sur le toit de la Ligue 1, évidemment. Mais aussi à avoir marqué à chacun de ses matchs de Ligue 1 cette saison. Car oui, Rennes avait scoré dans ses onze premières sorties malgré des compositions pas toujours folichonnes de la part de Montanier. Mais ce soir la solidité n'a pas payé, balayée par le talent de Marco Verratti. Avant l'Italien, le néant. Après, l'ennui. Et demain, le Real Madrid. Côté rennais, il serait intéressant de remarquer qu'il y a une place à se faire en haut de tableau, et de jouer en conséquence.

Tifo, crâne rasé... et c'est tout


Le tifo préparé par le Roazhon Celtic Kop rappelle que le match n'est pas un vulgaire tour de chauffe en Coupe de la Ligue, ce qu'aurait pu faire penser la composition de Laurent Blanc à base de Stambouli, Rabiot, Lucas, et surtout Lavezzi en pointe à la place d'Ibra. Devant, ça mise sur la chance des débutants avec un coup de pression d'entrée, mais le centre de Di Maria servi par Lucas est dégagé par Benoit Costil, avec ses pieds mais sans cheveux. Si les Parisiens dominent le ballon, les occasions ne suivent pas. Le manque d'automatisme et de diversité du trio offensif est flagrant, alors, tout doucement, les Rennais peuvent sortir du bois. Sur certains contres le manque de poids est dommageable, reste que les joueurs alignés par Montanier étonnent par leur relative aisance technique. Sauf qu'une bonne partie d'entre eux a une formation défensive et qu'il en faudrait bien plus pour déstabiliser une défense parisienne sereine, à l'image de la paire centrale Aurier – Thiago Silva. Le match s'enlise dans une bataille du milieu gagnée par les locaux. C'est finalement sur un contre que Lucas parvient à griller les deux lignes arrières rennaises, mais Costil claque en corner et l'arbitre siffle la mi-temps. Sans déplaisir pour les spectateurs présents.

Joue-là comme Pirlo


A la reprise, le grognard Maxwell prend les choses en main et distille ses centres à ras de terre. Que ce soit Costil, en avance sur Lavezzi, ou les avants parisiens, simplement en retard, personne pour reprendre les offrandes du Brésilien. Pendant quinze minutes le PSG fait le siège de la…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant