Paris sabre le champagne

le
0

A l'issue d'un match riche en buts, moins en spectacle, le Paris Saint-Germain s'est imposé contre le Stade de Reims (3-2). Avec capitaine Papus, les Parisiens n'ont plus qu'à fêter dignement ce cinquième titre de leur histoire.

PSG 3-2 Reims

Buts : Cavani (30e et 83e), Rabiot (45e) pour le PSG / Mandi (54e), Kiey (83e) pour Reims

Si on avait dit à Zoumana Camara qu'il porterait le brassard de capitaine pour fêter le cinquième titre de l'histoire du Paris Saint-Germain lors de son arrivée au club, en 2007, il aurait sans doute bien rigolé. Comme beaucoup rigolent aujourd'hui de le voir ici, évoluer avec des joueurs de classe mondiale. Non pas qu'ils se moquent de Papus, car cette hilarité est en fait sans doute teintée d'un peu de nostalgie. Zoumana Camara, c'est un des derniers liens concrets entre ce Paris Saint-Germain monstrueux, qui dévore tout sur son passage, et un PSG médiocre, bien souvent dévoré. De ses débuts en demi teintes à ce match aux côtés de Thiago Silva, en passant par sa période de numéro 1 avec Mario Yepes, Camara a tout connu. Alors ce soir, tout ce qui comptait pour Papus, c'était de dire au revoir à Paris. Et il l'a fait avec la manière.

Ligne de but et alignement défensif


Avec un titre déjà acquis pour le Paris Saint-Germain et un maintien assuré pour le Stade de Reims, ce match n'a d'autres enjeux que ceux de régaler les spectateurs et d'offrir à Papus Camara le brassard de capitaine pour son dernier match avec le PSG. Sur une pelouse imitation coiffure de footballeur, les 22 acteurs de ce match rendent d'abord un bel hommage à Jean-Luc Sassus, décédé dans la nuit de jeudi à vendredi. Comme on pouvait s'y attendre, le 4-3-3 parisien étouffe le 4-2-3-1 champenois. Après une grosse accélération côté gauche, Lucas centre en retrait pour Pastore, qui choisit la sécurité du plat du pied (5'). Heureusement pour Reims, Signorino, présent sur sa ligne, écarte le danger. Les hommes de Olivier Guéguan sortent un peu la tête de l'eau mais leurs offensives se noient dans les interventions solides de Camara et Van der Wiel. En maîtrise mais sans magie, Paris gère son match de champion.

Le seul petit grain de folie du soir réside dans les jambes de Lucas. Lancé plein axe, le…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant