Paris s'offre Nantes en une mi-temps

le
0
Paris s'offre Nantes en une mi-temps
Paris s'offre Nantes en une mi-temps

Après une première mi-temps catastrophique de l'équipe alternative du Paris Saint-Germain, les habituels titulaires ont fait la différence. Ibra, Cavani, Di María et Aurier offrent la victoire au champion en titre.


Nantes - PSG
(1-4)

Y. Bammou (10') pour Nantes , Ibrahimovic (48'), E. Cavani (72'), Á. Di María (78'), S. Aurier (90') pour Paris S-G.


Quelques tranquilles victoires suffisaient pour que le monde de la Ligue 1 se pose hâtivement la question : et si les coiffeurs du Paris Saint-Germain pouvaient remporter le championnat ? Un match catastrophique plus tard à Reims, puis un tout aussi décevant à Nantes, force est de constater que l'équipe bis du champion en titre galère. Auteurs d'une première période décevante, le club de la capitale s'est réveillé après les entrées de Motta et Cavani. C'est la quatrième défaite consécutive pour les hommes de Der Zakarian. Les hommes de Laurent Blanc gardent eux la tête du championnat.

Bammou au top, Paris tout mou


Certainement pas habitué à jouer dans un stade bruyant, le Paris Saint-Germain galère. Aurier commence son match par une énorme balayette tandis que Nantes pousse. Sur une frappe de Touré, Kevin Trapp réalise un arrêt hasardeux en deux temps. Une fébrilité contagieuse puisque Zlatan Ibrahimović et Pastore se trouent quelques minutes plus tard. Sur un centre de Rongier. Yacine Bammou marque de la tête face à son ancien employeur. Une ouverture du score qui ne réveille aucunement les ouailles de Laurent Blanc. Quelques minutes plus tard, Trapp est sauvé par son poteau sur une tête du buteur nantais. À la vingtième minute, Ibrahimović déclenche enfin la première (toute petite) frappe du PSG. Si le champion en titre daigne se réveiller, ce n'est pas le cas de Kurzawa, martyrisé par le rookie Iloki. Idem pour Lucas, mis sous pression par son entraineur dans la semaine et absolument transparent. La première véritable occasion pour les parisiens arrive sur corner : après une sortie ratée de Riou, la frappe d'Aurier est contrée par Lorik Cana.

Alors que les airs argentins résonnent dans le stade nantais, Angel Di María amorce le réveil parisien sur son aile droite à coups de débordements et centres. Les nantais décident d'abandonner la balle au…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant