Paris s'offre le Classique, Angers continue d'étonner

le
0
Paris s'offre le Classique, Angers continue d'étonner
Paris s'offre le Classique, Angers continue d'étonner

Des buts à Lille, une nouvelle victoire d'Angers, un point pour le Gazélec, un but dans le jeu d'Alexandre Lacazette, cinq buts entre Lorient et Bordeaux et un PSG qui compte dans ses rangs un nouveau meilleur buteur : cette neuvième journée de Ligue 1 a surpris son monde du début à la fin.

La fausse bonne question : Zlatan avait-il choisi son match pour passer devant Pauleta ?

C'était le grand rendez-vous du week-end pour le football français. Le choc, le Classique, le Classico, insérez ici nom de confrontation pompé à l'étranger. Et tout le monde s'accordait à dire que les Marseillais, auteurs d'un début de saison calamiteux, allaient au Parc des Princes pour se faire humilier par un Paris trop fort. Pourtant, les Phocéens ont longtemps fait douter des Parisiens suffisants et ont même mené au score. Avant de se faire reprendre en trois minutes, sur deux penaltys. En deux coups de pied du grand Suédois, Zlatan Ibrahimović est devenu le plus grand buteur de l'histoire de son club, devant Pedro Miguel Pauleta. Un objectif que le Z voulait faire tomber cette saison. Problème, depuis le mois d'août, l'attaquant n'est plus vraiment lui-même, enchaînant les prestations moyennes. Mais comme le hasard fait extrêmement bien les choses, monsieur plante un doublé le lendemain de son anniversaire face à Marseille, lors du match le plus attendu de la saison. Coïncidence ? Peut-être pas.

Vous avez manqué GFC Ajaccio – Toulouse et vous n'auriez pas dû

Un match de Ligue 1 entre deux équipes jouant le maintien un samedi soir à l'heure où les premiers textos des copains invitant aux apéros commencent à faire vibrer le téléphone ne pèse forcément pas bien lourd dans la balance. Pourtant, cette rencontre a été marquée par l'envie des 22 joueurs sur la pelouse. Par leurs erreurs techniques aussi, mais il faut avant tout retenir le positif. Les deux formations se sont rendu coup pour coup : après l'ouverture du score de Braithwaite (21e), Miya lui a répondu (25e). Muet depuis 24 matchs en Ligue 1, Grégory Pujol a ensuite rouvert son compteur. Cinq minutes seulement avant que Sylla, prêté par le TFC au Gazélec, ne marque contre son camp et se fasse chambrer par le CM des Violets. Bref, une renaissance, un coup du sort, du suspense... Une vrai tragédie racinienne, ce match.

Ironie du sort, avec ce CSC, Issiaga Sylla inscrit son quatrième but pour le Téfécé!
2-2 #GFCATFC





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant