Paris s'impose sur un coup de torse

le
0

A Geoffroy-Guichard, tout s'est joué sur une reprise de la poitrine qui franchit la ligne d'une dizaine de centimètres. Une reprise de Zlatan Ibrahimovic qui qualifie le PSG en demi-finale de Coupe de la Ligue aux dépens de Sainté.


ASSE - PSG
(0-1)

Ibrahimovic (70') pour Paris S-G.


72ème minute. A la réception d'un beau centre de Lucas, Zlatan Ibrahimovic, oublié au second poteau, bombe le torse et reprend le ballon de la poitrine. Après un rebond, celui-ci est magnifiquement repoussé par Stéphane Ruffier. On croit à un nouvel exploit du portier français. "Non !" fait Zlatan, en mode grognard plus que génial depuis le début de la rencontre. Le Suédois lève les bras au ciel et fait signe que la gonfle était rentrée. Il a raison. Le cinquième arbitre confirme, justement donc, avant d'essuyer une pluie de projectiles lancés du Kop stéphanois. S'en suit alors une longue séance de discussions, un appel au calme de Christophe Galtier et une réunion à huis clos entre entraîneurs et arbitres dans le vestiaires de Said Enjimi. Finalement, le jeu reprend, Nicolas Douchez, inspiré par son homologue, claque une parade héroïque qui qualifie Paris en demi-finale.
Chacun son temps fort
C'est avec la meilleure charnière centrale de l'année passée selon la FIFA – il faut préciser – que le PSG s'installe dans un Geoffroy-Guichard fraîchement rénové. Comme à la maison, les hommes de Lolo Blanc prennent toute la place. Ils mettent les pieds sur la table basse, sortent le paquet de chips et font tourner la balle, la partageant qu'à de très rares moments avec leurs hôtes stéphanois. Appliqués, détendus, les Parisiens alertent Stéphane Ruffier par l'intermédiaire d'un puissant coup franc d'Ibra, trop au centre. Mais les doutes et les failles défensives sont encore là. Après tout, on est qu'à 500 kilomètres à vol d'oiseau et trois jours de la triste performance de samedi après-midi à Bastia. Au premier mouvement collectif des Verts, le premier flottement dans la défense franco-brésilienne (Digne, Silva, Luiz, Marquinhos) du club de la capitale. Dans la foulée, Nicolas Douchez, à la relance, se fait dangereusement contrer par Ricky Van Wolfswinkel. Sur le corner qui suit, Bayal Sall saute plus haut que tout le monde, claque un coup de casque qui file vers le but...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant