Paris s'envole, le LOSC décolle

le
0
Paris s'envole, le LOSC décolle
Paris s'envole, le LOSC décolle

Intouchable, le PSG étrille Lyon en clôture d'une 18e journée marquée par les contre-performance de ses pseudos concurrents. Sinon, au milieu des nuls, Antonetti redonne vie au LOSC, tandis que Courbis engrange enfin avec Montpellier. Un beau week-end pour les coachs à grande gueule.

Paris, toujours au-dessus du lot

Y a-t-il quelqu'un pour stopper le PSG ? Assurément non. Car quel que soit l'adversaire, les Parisiens semblent toujours aussi sereins, toujours aussi sûrs de leur force. Sur les 3 dernières journées de championnat, les hommes de Blanc avaient pourtant quelques écuries à écarter. Mais ni Angers, le dauphin, ni Nice, l'équipe en forme, ou encore Lyon, qui reste un nom malgré sa méforme actuelle, n'ont réussi à enrayer une machine plus tournée vers l'Europe qu'encline à laisser du suspense en championnat. Face aux Rhodaniens, le PSG n'a d'ailleurs pas fait dans le détail, enquillant deux petits buts en début de match, avant d'enfoncer le clou tout en douceur après la pause. Individuellement (Trapp excepté), collectivement, mentalement, le PSG était de toute façon plus fort. Dès lors, avec 48 points, cette équipe semble déjà inatteignable. Une sensation renforcée par le fait que ses plus proches poursuivants ou challengers supposés n'y arrivent pas. Angers qui fait nul contre Bordeaux (1-1), Marseille qui coince face au Gaz' (1-1), c'est finalement Monaco qui surnage, après une victoire aux forceps face à Sainté (1-0). Bref, derrière, personne ne peut concurrencer le PSG en confrontation directe, pas plus que suivre son rythme. Et un sacre savouré au début du printemps n'est désormais pas à exclure.

Vous avez manqué Montpellier-Guingamp , et vous n'auriez (presque) pas dû

Presque, car il est difficile de sortir un match de ce week-end de Ligue 1 moribond. Cinq nuls sur le score de 1-1, des matchs frôlant la sinistrose, des équipes aux ambitions limitées : non, le championnat de France n'était pas à la fête. Reste que Montpellier a eu le mérite d'offrir du jeu face à Guingamp, ainsi qu'un scénario plus emballant que lors des autres oppositions. En jambes ces derniers matchs, les Héraultais, emmenés par leur nouveau buteur Ninga, ont accueilli les Bretons avec cette gniaque retrouvée en même temps que les pieds délicats de Ryad Boudebouz. Contre le cours du jeu pourtant, c'est Sloan Privat qui ouvrait le score, bien aidé par Benezet. Benezet toujours, le milieu guingampais a causé dans le foulée la…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant