Paris: s'envole de +1,6% en l'absence de stats et résultats.

le
0

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris réalise une entame de semaine tonitruante, avec un score qui s'impose et de très loin comme le plus spectaculaire de l'année 2017, et même depuis la première décade de décembre 2016.

Une hausse que personne n'a vu venir et qui semble 'sortir de nulle part' puisque cette journée est la plus creuse depuis longtemps en terme de statistiques (rien au calendrier), de déclarations de banquiers centraux (aucune), de tweets présidentiels (Donald trump n'a rien twitté) et de résultats trimestriels (pratiquement rien au programme).

Le CAC40 qui était anticipée en hausse de +0,2% s'envole donc de +1,6% et tutoie les 4.906 à l'issue d'une progression somnambulique et d'une parfaite régularité qui perdure depuis 9H10 ce matin (rares sont les 'algos' fonctionnant sur un laps de temps aussi long, cela n'arrive qu'une poignée de fois au cours de toute une année).

Les mêmes algos sont à l'oeuvre sur l'Euro-Stoxx50 qui grimpe de +1,2% à 3.312 et la série haussière semble ne plus pouvoir s'arrêter sur le Nasdaq qui aligne un 5ème record consécutif à 5.764... et le S&P500 qui gagne un peu plus de 0,3% voit sa capitalisation dépasser les 20.000Mds$ (c'est plus que le PIB US) pour la 1ère fois de l'histoire.

Si le calendrier micro et macro économique est désert ce lundi, il y aura beaucoup de trimestriels publiés ces prochains jours: ceux de Michelin, Air Liquide, Crédit Agricole, Danone, Capgemini, Schneider Electric, Air France-KLM ou encore Essilor. En Europe, les investisseurs suivront par ailleurs les comptes de Credit Suisse, Nestlé et Allianz.

Seul indicateur notable du jour, publié en début de nuit, le PIB du Japon n'a progressé que de 0,2% au quatrième trimestre 2016 en rythme séquentiel et d'un médiocre +1% en 2016 (contre +1,6% anticipé au début de l'automne), selon une estimation préliminaire du gouvernement en volume et en données corrigées de variations saisonnières.

Sur le marché des changes, l'euro est presque stable face au dollar à 1,0642, alors que le baril de WTI recule de 0,5% à 53,6$.

Enfin, concernant les valeurs, ce sont comme presque à chaque fois que le CAC40 monte, Peugeot et Renault qui tirent l'indice avec +4% et +4,8% respectivement (les équipementiers Valéo et Faurecia gagnent +3,2% et +4%) Et comme à chaque fois depuis juillet 2016, les valeurs bancaires ne tardent pas à surperformer : le marché 'achète du risque', avec une avidité qui surprend après 11 semaines de somnolence.

Le 'Luxe' n'est pas oublié avec +2,5% sur LVMH qui établit un nouveau record.

Icade (+0,6%) superforme très légèrement le marché parisien à la faveur de comptes annuels en forte progression.

L'action Bic (+0,3%) résiste en dépit de l'annonce d'une baisse de 23,2% du résultat net part du groupe (RNPG) en 2016 à 249,7 millions d'euros. Le fabricant de produits de papeterie, de briquets et de rasoir va cependant proposer un dividende ordinaire de 3,45 euros par action au titre de l'année écoulée, en croissance de 1,5% par rapport à celui de 2015, et a fait état de perspectives assez encourageantes.

Rexel prend pour sa part 4,9% sur fond de comptes annuels probants et de projections optimistes.

Enfin, Ipsen (+1,8%) a annoncé un accord définitif avec Sanofi pour acquérir 5 produits de santé grand public dans certains territoires européens, dont le Prontalgine, un analgésique pour le traitement des douleurs moyennes à sévères, qui a connu une croissance à 2 chiffres sur les 4 dernières années et est commercialisé uniquement en France. Selon les termes de l'accord, Ipsen paiera 83 millions d'euros en espèces à la clôture pour les produits.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant