Paris: s'envole après les bons indices PMI Markit.

le
0

(CercleFinance.com) - Le scénario du jour semble illustrer à merveille 'l'effet ketchup': après 58 séances de stagnation entre 4.750 et 4.930, et au moment où la FED s'efforce de préparer les marchés à une hausse de taux dès la mi-mars, voilà que la Bourse de Paris envisage soudain l'avenir sous un jour radieux (avec de l'argent plus cher), ou plus précisément, sous la houlette d'un secteur bancaire retrouvant son dynamisme, porté par l'anticipation de marges plus rémunératrices (pas un mot en revanche sur la solvabilité des emprunteurs).

Le discours de Donald Trump a sonné complètement creux mardi soir et son souvenir a été rapidement effacé par de bons indices PMI Markit en Europe.

Vers 15H00, le CAC40 bondit de 1,9% à 4.950 points, avec 100% des titres dans le vert, le DAX de Francfort affiche près de +2% alors que l'Euro-Stoxx50 (+1,9%) pulvérise un zénith annuel à 3.383Pts.

Devant les deux chambres du Congrès, le président américain a tenu des propos plus mesurés qu'à l'accoutumée et n'a fourni que peu de détails concernant le 'phénoménal' projet de réforme fiscal maintenant évoqué depuis de longues semaines.

'Les investisseurs traitent ce manque de détail sur un mode 'no news is good news' et portent maintenant leur attention vers la réunion de la Réserve fédérale prévue ce mois-ci', indique-t-on chez ADS Securities.

Les chiffres du jour sont assez mitigés: les dépenses des ménages pour janvier sont en recul de -0,3% (après +0,3% en décembre); reste à découvrir les indices PMI et ISM manufacturiers, puis le Livre Beige de la Fed.

En zone euro, attendant, la croissance du secteur manufacturier s'accélère de nouveau en février, se redressant de 55,2 en janvier à 55,4, l'indice PMI final Markit atteint son plus haut niveau depuis avril 2011.

'Le degré de confiance des fabricants a atteint, ces deux derniers mois, des niveaux supérieurs à ceux enregistrés depuis le début de la crise de la dette dans la zone euro', souligne Chris Williamson, chief business economist à IHS Markit.

Le CAC40 est littéralement arraché vers les 5.000Pts par les valeurs bancaires et financières avec un trio gagnant qui écrase le classement avec Société Générale +4,1%, BNP-Paribas +3,8% (de même pour Natixis) et AXA à +3,5%.

Dans l'actualité des valeurs parisiennes, les opérateurs sanctionnent nettement les publications de Bolloré (-2,9%), Suez (-3,6%) et Teleperformance (-3%), mais réservent un accueil plus favorable à celle d'Areva (+0,4%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant