Paris: s'envole après la prestation de Janet Yellen.

le
1

(CercleFinance.com) - Les marchés semblent euphorisés avec un gain de +2,7% du CAC40 (+120Pts à 4.529Pts) qui n'avait été anticipé par personne.

Si la prestation de Janet Yellen hier soir en est la cause, il convient de se souvenir que le CAC40 n'avait salué l'évènement que par une hausse de +20Pts au maximum en transactions hors séance mercredi soir.

D'où proviennent les +100Pts supplémentaires ? S'agit-il d'un retour en force des acheteurs ?

Les premiers +100Pts ont été engrangés en 4H avec seulement 1,2MdsE, mais pour les +20Pts suivants, il a fallu 800MnsE de plus.

Cela signifie que les vendeurs ne se sont manifestés qu'à partir de 4.510Pts après s'être totalement abstenus face à l'algorithme rouleau compresseur activé dès l'ouverture.

Le CAC40, l'Euro-Stoxx50 s'envolent de +2,6% à une heure de la clôture 'non nouvelle': l'explication de ce mouvement explosif, ce serait la 'non hausse' de taux annoncée par la FED, ce qui fait retomber la probabilité d'un resserrement monétaire en décembre vers 50% contre 55% avant la conférence de presse de Janet Yellen.

Une anticipation que se solde par une détente de -8Pts du rendement des Bunds (repassés négatifs à -0,07%), des OAT, des T-Bunds US: les marchés obligataires renouent collectivement avec leurs niveaux de début décembre, avant que la FED entretienne le suspens autour d'un éventuel tour de vis le 21/09.

'Les marchés financiers, soulagés, apprécient le statu quo monétaire', commentent les équipes des Barclays Bourse. 'Dans ce contexte, un seul relèvement de taux semble plausible d'ici la fin d'année', souligne le gérant d'actifs.

Mais ce statu quo monétaire vaut il +2,7% et le re-franchissement des 4.525 ?

Chez nos voisins, la Bourse de Londres progresse elle de 1,35%, celle de Francfort de 2,4%, Milan et Madrid s'adjugent 2,1% et 2,3%.

L'indice STOXX 600 - qui regroupe les principales valeurs du Vieux Continent - s'octroie +2,3%, sa plus forte hausse depuis le 2 septembre (une hausse d'une ampleur inexplicable mais que les opérateurs avaient accueilli comme un don du ciel (ou des banques centrales ?).

La 'statistique du jour' n'a aucun impact sur la tendance: les inscriptions hebdomadaires au chômage se contractent de -8.000 pour atteindre un plancher de 252.000, au plus bas depuis juillet.

Côté valeurs, c'est du 100% de hausse (tous les secteurs explosent à la hausse) et Total (+3,8%) sert de locomotive, bien que Carrefour, Schneider et Lafarge soient devant avec +4% en moyenne.

Seule valeur véritablement à la traîne à Paris ce matin, EDF stagne après avoir lancé hier soir un 'petit' avertissement sur sa production nucléaire hexagonale et ses résultats pour l'exercice en cours. En cause: les contrôles de sécurité de ses réacteurs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cacwoman il y a 10 mois

    "qui n'avait été anticipé par personne", surtout pas par vous, éternel baissier - vous aurez raison un jour mais pas encore !