Paris: s'envole à 5440Pts après le communiqué de la BCE.

le
0

(CercleFinance.com) - Voilà, c'est fait, la BCE permet à la Bourse de Paris de s'extraire du corridor 5.350/5.400 et de retracer son zénith annuel des 5.435Pts.

Mais le 'fait du jour', c'est le nouveau record absolu inscrit par le CAC40 'global return' en hausse de +1,1% à 13.800Pts (tandis que le CAC40 -hors dividende- égale simplement sa meilleure marque annuelle du mois de mai).

Les opérateurs ont salué dès 14H15 un communiqué de la BCE qui confirme que -30MdsE qui seront retranché du programme d'achat mensuel de la BCE à partir de janvier prochain... et ce nouveau programme réduit de moitié sera poursuivi jusqu'en septembre 2018 (plus longtemps que prévu) tandis que les taux d'intérêt seront maintenus à zéro au moins jusqu'à mi-2019.

Les investisseurs avaient déjà intégré dans les prix du marché le 'tapering', la hausse du jour constitue néanmoins un coup de chapeau à la visibilité de 11 mois offerte par la BCE.

L'Euro-Stoxx50 (+0,9%) bondit au-delà de 3.620 ce qui alimente l'espoir que les indices européens commencent à combler leur retard de performance sur Wall Street.

Le Dow Jones s'envole de +0,5% vers 23.440 mais le Nasdaq et le 'S&P' (+0,2%) ne parviennent pas à décoller et affichent des scores modestes.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ressortent en hausse de +10.000 à 233.000 après avoir établi mi-octobre un plancher de 44 ans.

Sur le marché des changes, l'euro décroche brutalement de -0,6% face au dollar à 1,1745. Le baril de Brent s'érode quant à lui de 0,2% à 58,35 dollars.

Au chapitre microéconomique, STMicroelectronics (+9,5%) caracole en tête du CAC 40 dans le sillage de l'annonce d'un résultat net du troisième trimestre en hausse séquentielle de 56% à 236 millions de dollars, soit 0,26 dollar par action, et d'une marge d'exploitation avant charges de dépréciation et restructuration à 13,7%, contre 9,6% au trimestre précédent.

Surtout, le groupe a relevé ses prévisions et anticipe désormais une croissance du chiffre d'affaires net en 2017 d'environ 18% en variation annuelle, accompagnée d'une amélioration sensible de la profitabilité opérationnelle et du résultat net.

Orange prend pour sa part 1,5% sur fond de progression de 2,1% de l'Ebitda ajusté en comparable au troisième trimestre et de confirmation des objectifs annuels.

Sur le SBF 120, Technicolor flambe (+15,5%) après la publication de comptes trimestriels solides assortie d'une confirmation des objectifs d'excédent brut d'exploitation (EBE) et de flux de trésorerie disponible.

A contrario, Nokia plonge de -17,5%. Le groupe a déploré une perte nette de 3 cents au troisième trimestre, contre une précédente perte de 2 cents un an auparavant, et entrevoit des difficultés persistantes sur le marché des équipements de réseaux. Il a abaissé de 100 millions d'euros, à 650 millions d'euros, son estimation des coûts de restructuration qu'il enregistrera dans ses comptes 2017, mais sa prévision pour 2018 est passée de 200 à 500 millions d'euros.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant