Paris s'en sort, Lyon se relance, Sainté s'amuse

le
0
Paris s'en sort, Lyon se relance, Sainté s'amuse
Paris s'en sort, Lyon se relance, Sainté s'amuse

Comme d'hab, Marseille élevé son niveau de jeu contre Paris, et ça n'a pas suffi. Pendant ce temps-là, Lyon enchâine son deuxième 3-0 de suite, tandis que Saint-Etienne a éclaté Bordeaux au Matmut. Une belle journée de Ligue 1, ponctuée de pas mal de cartons.

L'analyse définitive de la semaine : Paris ne perdra pas cette saison


Toujours pas de défaite en 25 journées de championnat pour le champion en titre. Comme au match aller, l'Olympique de Marseille a pourtant bousculé le PSG. Mais à la fin, les Marseillais se sont inclinés. Par manque de réalisme offensif et défensif. Car même quand Paris joue mal, Paris gagne. C'est la force des grandes équipes, paraît-il. Maintenant que le PSG s'est débarrassé de ses deux matchs contre l'OM, plus aucune équipe de Ligue 1 ne semble capable de les battre. Parce que même les Marseillais galèrent cette saison, ils sont presque les seuls à jouer au football face à l'ogre de la Ligue 1. Ce dimanche, les hommes de Michel ont reçu Paris pour les battre malgré la pire entame de match possible. Mais les innombrables centres, trop peu précis, et les accélérations de Nkoudou n'y ont rien fait. Puisqu'il y aura toujours un Di Maria pour donner la victoire aux siens malgré une partie pas franchement convaincante, le PSG ne perdra pas. C'est comme ça.

Paris, l'OM du match
Diarra, Silva : O Monstros !

La polémique de la machine à café : notre belle Ligue 1 serait-elle violente ?


Neuf. C'est le nombre de joueurs exclus des pelouses de Ligue 1 cette semaine. Bellugou, Boufal, Camus, Diabaté, Dirar, Leca, Mangani, Mathis et Perea ont écopé d'un carton rouge. Des faits de jeu qui ont au moins le mérite de pimenter des matchs pas toujours au sommet. Il faut cependant distinguer deux types de cartons rouges : ceux imputables aux joueurs et ceux imputables à l'arbitre. Dans la catégorie des gueulards, l'expulsion de Dirar semble tout à fait logique quand celle de Diabaté paraît sévère. Boufal, Mathis et Perea ont quant à eux écopé de deux cartons jaunes en quelques minutes pour des fautes plus bêtes les unes que les autres, mais pas réellement dangereuses. Quant à Mangani, et Bellugou, on est sur des semelles bien méchantes. Mention spéciale au Lorientais qui a carrément visé le ventre de Boudebouz. Dans ces deux cas, on…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant