Paris s'attaque aux prix des céréales pour protéger l'élevage

le
1
LE GOUVERNEMENT SOUHAITE CONTENIR LA FLAMBÉE DES PRIX DES CÉRÉALES POUR ÉPARGNER LES ÉLEVEURS
LE GOUVERNEMENT SOUHAITE CONTENIR LA FLAMBÉE DES PRIX DES CÉRÉALES POUR ÉPARGNER LES ÉLEVEURS

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé mercredi un plan d'action visant à juguler la flambée des prix des céréales dont la volatilité menace des éleveurs que François Hollande s'est efforcé de rassurer mardi à Rennes.

Comme pour les prix du pétrole, le gouvernement n'a guère de moyens d'actions pour inverser à lui seul des cours qui sont fixés au niveau mondial, mais a annoncé des initiatives pour coordonner une réponse européenne et avec les autres grandes puissances mondiales du G20.

Le président s'est ainsi fait l'avocat mardi de la mise en place de stocks stratégiques au niveau mondial, à l'instar des réserves en pétrole que les Etats peuvent utiliser en cas de flambée des prix ou de pénurie.

Présenté par le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, le plan prévoit notamment de mobiliser la communauté internationale pour freiner le développement des biocarburants qui concurrencent les terres vouées à la production agricole. La France compte mettre en oeuvre dès à présent cette politique en plafonnant à 7% leur incorporation dans le carburant.

Au niveau européen, la France demandera un renforcement de l'encadrement des marchés financiers qui traitent les matières premières agricoles et insistera pour que la réforme de la politique agricole commune prenne en compte la volatilité des prix pour les éleveurs.

Sur le plan national, toute une série de mesures sont annoncées dont notamment une adaptation de la fiscalité des éleveurs pour tenir compte de l'envolée des prix.

Des aides seront aussi mises en place pour développer les capacités de stockage, moderniser les bâtiments d'élevage ou permettre aux éleveurs de faire face aux charges fiscales ou sociales.

Le discours du président mardi à Rennes, où il s'est fait l'avocat du "produire plus", a suscité des craintes que le gouvernement s'engage sur une voie productiviste au grand dam de ses allés écologistes.

"On peut faire plus et mieux", a tranché Stéphane Le Foll à sa sortie du conseil des ministres.

Ce dernier a indiqué que des annonces seraient faites lors de la conférence environnementale qui s'ouvre vendredi à Paris pour combiner accroissement de la production et écologie.

Julien Ponthus et Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fan42 le mercredi 12 sept 2012 à 15:56

    c'est un fou not président ! il fait la guerre aux financiers , sans pitié dis donc ! un fou, un émascu lateur d spéculateur et de banquier, un ta ré j'vous dis ! va y françois t'es le meilleur !