Paris s'active pour déminer le «jour d'après» de la Palestine

le
0
Dans l'atmosphère inflammable des révolutions arabes, la demande de reconnaissance d'un État palestinien nécessite un habile jeu diplomatique.

«Obama a survendu la possibilité de négociations de paix, les Israéliens n'ont pas suivi et ont retiré l'échelle. Les Palestiniens qui avaient grimpé au cocotier n'arrivent plus à redescendre. Il faut les y aider.» Abruptement résumée à Paris, la perspective de la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU mobilise la diplomatie française, d'autant plus activement que les Américains apparaissent en retrait sur ce dossier crucial.

Après avoir vu retoqué, avant l'été, son projet de grande conférence internationale, Nicolas Sarkozy est remonté en ligne, le 31 août devant les ambassadeurs. L'objectif, côté français, est de «jouer les bons offices», en ralliant si possible des Européens divisés. Cela afin de préserver les chances d'une reprise des pourparlers israélo-palestiniens et de déminer les risques explosifs des lendemains qui déchantent. Prête à «assumer (ses) responsabilités», comme l'a répété le président de la République, la France,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant