Paris-Roubaix: Tom Boonen, l'épouvantail de l'"enfer du Nord"

le
0
TOM BOONEN, GRAND FAVORI DU PARIS-ROUBAIX
TOM BOONEN, GRAND FAVORI DU PARIS-ROUBAIX

par Gilles Le Roc'h

PARIS (Reuters) - Triple vainqueur de l'épreuve et impérial dans les classiques flandriennes, le Belge Tom Boonen fait figure de grand favori de Paris-Roubaix qui rendra hommage dimanche à l'un de ses grands acteurs, le Français Frédéric Guesdon.

Paris-Roubaix, la classique se déroulant sur des chemins pavés d'un autre siècle, n'a sans doute jamais été aussi contemporaine, proposant des images qui lui confèrent un statut unique dans sa capacité à capter l'intérêt et provoquant une émotion qui entourera Guesdon et Boonen.

Vainqueur en 2005, 2008 et 2009, le Belge a d'ores et déjà marqué l'histoire cette année en s'imposant dans les trois précédentes manches flandriennes du World Tour, le Grand Prix E3 (23 mars), Gand Wevelgem (25 mars) et le Tour des Flandres (1er avril), une série inédite dans l'histoire du cyclisme.

Il explique lui-même sa réussite par sa propre remise en cause et la confiance retrouvée au fil des semaines après l'avoir perdue ces dernières années au gré de chutes et blessures.

Les revers subis face à Fabian Cancellara, privé de compétition pour plusieurs mois après une mauvaise chute dans le Tour des Flandres, avaient également fini par le faire déjouer, courir à l'envers et produire des efforts prématurés, quand ces classiques qui lui ressemblent exigent sang-froid et patience.

Tom Boonen est en outre porté par la dynamique de son équipe, Omega Pharma-Quick Step, qui a aussi gagné cette saison la semi-classique A Travers les Flandres avec Niki Terpstra et les Trois Jours de La Panne avec Sylvain Chavanel.

C'est à se demander qui est capable de le battre dimanche, sinon peut-être Sylvain Chavanel, qui saurait tirer parti d'une course tactique.

Cancellara, clavicule brisée, sera absent. Juan-Antonio Flecha, en retard, ne semble pas apte à faire jeu égal.

Il y a, certes, le tandem italien constitué de Filippo Pozzato et Alessandro Ballan, qui avaient été les seuls à l'accompagner dans le final du Tour des Flandres. Mais puisqu'il est plus rapide au sprint, Tom Boonen peut se contenter une nouvelle fois de les accompagner.

MOMENTS INTENSES

Il reste la possibilité d'une course décousue, voulue par la plupart de ses adversaires qui fomenteraient la révolte par l'échappée d'une quinzaine d'hommes. Ils iraient au bout et désigneraient un vainqueur semblable à Johann Van Summeren (2011), Stuart O'Grady (2007) ou Magnus Backstedt (2004).

Ce scénario pourrait faire le bonheur d'un coureur français, un Tony Gallopin, Matthieu Ladagnous, Sébastien Turgot ou Jimmy Engoulvent pour citer ceux qui, avec Chavanel, semblent les plus compétents.

Une telle issue ne serait pas pour déplaire à Frédéric Guesdon, le dernier vainqueur français de l'épreuve, qui a choisi à 40 ans la même fin de carrière que le regretté Franco Ballerini, vainqueur en 1998, ou Andrea Tafi qui avait soulevé le pavé en 1999, deux Italiens qui avaient été ses successeurs au palmarès de "l'enfer du Nord".

A la descente du bus, à la signature de la feuille d'émargement, dans les minutes précédant le départ à Compiègne, le Breton vivra des moments intenses et il lui tardera de vivre la délivrance, le départ fictif, le dernier de sa carrière.

Puis ce sera la progression jusqu'au premier secteur pavé de Troisvilles. Guesdon, qui les connaît par coeur, verra défiler les 26 autres tronçons pavés faisant la renommée d'une course qu'il chérit depuis vingt ans et qui lui a offert les plus belles sensations de sa carrière.

Le Breton dira adieu au peloton sur la pelouse du vélodrome qui lui réservera une ovation énorme, de celle qui récompense habituellement celui qui se présente le premier sur la chaussée ocre de la piste nordiste.

C'est bien ce cri, l'enthousiasme et l'admiration de cette foule que Tom Boonen tentera de susciter une quatrième fois, un record qu'il partagerait alors avec son illustre compatriote Roger De Vlaeminck.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant