Paris, Rome et Berlin veulent apaiser le conflit sur les migrants

le , mis à jour à 23:41
0

LUXEMBOURG, 16 juin (Reuters) - La France, l'Allemagne et l'Italie ont affiché mardi leur unité en vue d'apaiser le contentieux sur la répartition des migrants dans l'Union européenne et de coordonner leurs politiques à l'égard des demandeurs d'asile traversant la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. Cette coordination concernera l'identification des migrants, leur rapide hébergement dans un pays de l'Union européenne ou d'éventuelles expulsions si leurs demandes d'asile sont rejetées. "Vous avez trois amis devant vous", a déclaré le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve devant la presse en compagnie de ses homologues italien et allemand. "La France, l'Allemagne et l'Italie soutiennent ensemble un mécanisme d'hébergement et de réadmission", a ajouté Bernard Cazeneuve lors d'une interruption de la réunion avec ses partenaires à Luxembourg. La police italienne a procédé mardi à l'évacuation de plusieurs dizaines de migrants installés dans des camps de fortune à la frontière entre l'Italie et la France, sur les rochers de la côte méditerranéenne. ( ID:nL5N0Z22Z4 ) Quelque 300 migrants essentiellement en provenance du Soudan, d'Erythrée et de Somalie, s'étaient réfugiés depuis cinq jours près de Vintimille, avec femmes et enfants. Un grand nombre d'entre eux ont été repoussés par la police française. La France et l'Autriche ont mis en place des contrôles frontaliers pour les migrants en provenance d'Italie et ont repoussé nombre d'entre eux, contraints de résider dans des gares à Rome ou à Milan. Le président du Conseil italien Matteo Renzi a brandi la menace de mesures de rétorsion si les autres pays de l'Union européenne refusaient de jouer la carte de la solidarité en acceptant certains migrants. La Commission européennes a proposé que les gouvernements de l'UE acceptent d'héberger 24.000 demandeurs d'asile se trouvant actuellement en Italie et 16.000 en Grèce sur les deux prochaines années. Dans un entretien à la Rai, Matteo Renzi s'est dit confiant de voir émerger un accord pour la moitié des demandeurs d'asile suivant un système de quotas dans les pays de l'Union européenne. (Francesco Guarascio; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant