Paris revoit à la baisse ses prévisions de déficit public

le
35
PARIS REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE DÉFICIT PUBLIC
PARIS REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE DÉFICIT PUBLIC

PARIS (Reuters) - Répétition du titre.

Le gouvernement français prévoit désormais un déficit public équivalent à 4,1% du produit intérieur brut fin 2015, 3,6% fin 2016 et 2,7% fin 2017, des prévisions plus favorables que la précédente trajectoire, a annoncé jeudi le ministère des Finances.

Il prévoyait auparavant de ramener le déficit à 4,3% du PIB fin 2015, après 4,4% fin 2014, puis 3,8% fin 2016 et 2,8% fin 2017.

Ces modifications font suite à l'annonce en octobre d'une réduction supplémentaire de 3,6 milliards d'euros du déficit public l'an prochain.

Le déficit public comprend les comptes de l'Etat, des collectivités territoriales et des administrations de sécurité sociale.

La France, qui s'était engagée à le ramener à la limite européenne de 3% du PIB fin 2015, a reporté cette échéance à fin 2017, soit après la prochaine élection présidentielle, en expliquant que la panne de croissance et la faible inflation rendait impossible la réalisation de cet objectif.

Le pays est toujours sous la menace d'une sanction de la Commission européenne pour non respect des règles budgétaires, ce qui constituerait une première pour un pays de la zone euro.

La Commission européenne a dit qu'elle rendrait son verdit sur la France début mars et qu'elle serait particulièrement attentive aux réformes structurelles menées dans le pays, notamment la loi sur la croissance et l'activité présentée mercredi par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pathor le vendredi 12 déc 2014 à 18:28

    Il faudrait surtout fermer l'ena ! et sciences po...

  • mucius le vendredi 12 déc 2014 à 14:19

    Il faudrait proposer à ces gros nuls d'énarques une mise en concurrence avec des cabinets privés et s'ils ne sont pas les meilleurs prévisionnistes, on devrait les virer. En Angleterre les prévisions sont réalisés par un cabinet privé qui n'est payé qu'au terme de la période s'il est bon. En france les "prévisions" sont politiques et donc sans valeur. Elles n'engagent donc que ceux qui les écoutent

  • tropfort le vendredi 12 déc 2014 à 09:44

    Quand Mosco dit "chaud", ils font rêver.. Quand il dit "froid", ils présentent un plan cata. Quels grands économistes !

  • b.renie le vendredi 12 déc 2014 à 06:52

    Prévisions prévisions ????????????????????

  • M8252219 le jeudi 11 déc 2014 à 16:55

    EN ATTENDANT GODO--TVA SOCIALE tous les français et d'autres en bénéficient tous doivent participer à sont financement qui se fait sur le seul dos des salariés et des entreprises.Réduction de moitié du nombre des parlementaires plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus et avantages,suppression de tous les statuts spéciaux.retour au 39h pour TOUS,3jrs de délai de carence en arrêt maladie pour tous,retraite à 65 ans pour tous.

  • ccoudra2 le jeudi 11 déc 2014 à 16:18

    bla blab bla .... et en 2017 ils vont nous dire que bla bla bla et on reporte de 3% à 2022 .... et ainsi de suite ....

  • fbordach le jeudi 11 déc 2014 à 16:15

    Ils sont excellents! On jugera sur pièce mais il y a de fortes chances que ces prévisions soient du même tonneau que celles sur le chômage ou la reprise...

  • 11246605 le jeudi 11 déc 2014 à 15:21

    Quand ce gouvernement prévoit, c'est que c'est irréalisable. En tout cas tant qu'elle ne touche pas aux privilèges de la noblesse française : les hauts fonctionnaires et leurs protégés.

  • M5299935 le jeudi 11 déc 2014 à 15:05

    Pib annuel 2000 Milliards = déficit 2000 .... En augmentant tous les taux de TVA de 10% on peut espérer éponger cette dette au bout de 10 ans. C'est la rengaine du pauvre Mélanchon qui confond chiffre d'affaires et marge.

  • M8252219 le jeudi 11 déc 2014 à 14:24

    PROMESSES PROMESSES TOUJOURS DES PROMESSES!!TVA SOCIALE tous les français et d'autres en bénéficient tous doivent participer à sont financement qui se fait sur le seul dos des salariés et des entreprises.Réduction de moitié du nombre des parlementaires plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus et avantages,suppression de tous les statuts spéciaux.retour au 39h pour TOUS,3jrs de délai de carence en arrêt maladie pour tous,retraite à 65 ans pour tous.

Partenaires Taux