Paris: reste proche des 4300Pts, repli des indices US.

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street a ouvert en repli, le pétrole rechute mais Paris (-0,4% à 4.317) efface une partie de ses pertes affichées il y a une heure (-0,65%), ce qui correspondait déjà à la moitié du terrain perdu en milieu de matinée (-1,2% à 4.290 au plus bas).

Une correction -1,25% sur les places européennes au lendemain d'une hausse d'ensemble de +1,25% des indices US, c'était un scénario assez singulier.

Les indices US se replient de -0,25% en moyenne (-0,4% sur le 'Dow') alors que cette séance est exempte d'indicateurs économiques 'macro'.

La véritable vedette de cette séance, c'est l'or qui remonte de +1% vers 1.278$ tandis que le baril poursuit sa remontée (+1,5%) vers 45,4$. La parité Euro/Dollar s'avère moins favorable que ce matin : le billet vert reperd 0,5% à 1,2/E... mais cela n'empêche pas l'Euro-Stoxx50 de remonter à -0,75% (contre -1,5% au plus bas).

Chez nos voisins, Londres est stable, Francfort cède -0,25%, Madrid et Milan restent très lourds avec -1,3% et -1,5% respectivement.

'On a eu toute une série de résultats trimestriels ce matin, mais ce n'a pas été suffisant pour insuffler une véritable inspiration aux marchés', commente un trader en poste à Londres.

A Paris, Arkema parvient malgré tout à grimper de 5,5% après la publication d'un résultat net part du groupe en forte hausse à 98 millions d'euros au premier trimestre.

Alstom progresse de 2% après avoir annoncé un premier trimestre supérieur aux prévisions et fait état d'un carnet de commande de 30,4 milliards d'euros, en hausse de 7%; la vente de la division 'énergie' à General Electric en fait également une entreprise presque intégralement désendettée.

Euronext grappille 0,2% après avoir trouvé un accord avec les autorités néerlandaises sur les questions prudentielles, lui apportant un cadre 'certain' sur le long terme.

Du côté des baisses, JCDecaux décroche de 9,5% après avoir communiqué à l'occasion de son point trimestriel des perspectives jugées 'particulièrement décevantes' pour le second trimestre.

EDF dévisse de -3%, au lendemain de la présentation d'un chiffre d'affaires de premier trimestre en baisse de 6,7% à 21,4 milliards d'euros, jugé 'faible'.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant