Paris reste dans le Top 5 mondial des villes les plus chères

le
4

INFOGRAPHIE - Le classement des villes les plus coûteuses pour habiter et travailler vient d’être publié par le réseau immobilier Savills. Londres, New York et Hong Kong devancent Paris. Moscou et Rio sont en repli sensible.

Vivre et travailler à Londres à un prix et pas des moindres: 112.800 dollars par personne et par an. La capitale britannique arrive en tête du classement des villes les plus chères pour vivre et travailler, avec un coût annuel deux fois plus élevé que Sydney, Los Angeles ou Chicago selon les calculs du réseau immobilier Savills. Sur autres marches du podium, New York et Hong Kong sont elle aussi incontournables. Elles sont suivies en 4 et 5e positions de Paris et Tokyo qui ne sont pas en reste avec une facture annuelle allant de 70.000 à plus de 78.000 euros. Même si les prix baissent dans la capitale française, la vie d’un employé tricolore reste particulièrement coûteuse.

Visiblement la flambée des prix part à la conquête de l’ouest. San Francisco est la grande surprise de cette enquête: surnommée «City by the bay», la ville californienne connaît une augmentation de plus de 15% de ses prix pour y loger et y travailler. Une progression qui la place en tête du classement pour le potentiel futur des grandes villes mondiales.

Les nouvelles stars du classement

Mais d’autres starlettes sont aussi prometteuses: Berlin ou Dublin profitent de l’émergence de leurs quartiers dynamiques pour doper l’immobilier et accéder au statut de «villes internationales». A l’ère du numérique, ces deux capitales européennes rivalisent avec les autres pôles d’attractivité internationaux très prisés par les acteurs des nouvelles technologies.

D’ailleurs, elles ne sont pas les seules à surfer sur une amélioration de leur économie locale: Miami, Johannesburg et Mumbai rencontrent aussi une belle remontée des prix mais restent tout de même à des prix immobiliers raisonnables (20.000 à 28.000 euros).

Après avoir connu des heures de gloire pendant les années 2005-2011, d’autres villes voient leur rythme de croisière chuter. C’est le cas de Moscou et Rio de Janeiro où le coût annuel de la vie pour un employé a chuté de 9% . Pour ces villes, «augmenter la quantité des espaces collaboratifs sera crucial» indique Yolande Barnes, directrice de la recherche monde de Savills. D’après elle, ne faudra pas miser sur la construction d’immeubles répondant aux standards internationaux, mais viser des solutions «locales et personnalisées».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sky888 il y a 8 mois

    à répétittion ;o)

  • sky888 il y a 8 mois

    FIGARO VRAIMENT,,? fautes de francais d accord , à repetitions, c est carrément illisible sans s'y reprendre à deux fois:"Vivre et travailler à Londres à(!) un prix et pas des moindres" "D’après elle,(!) ne faudra ""Sur(!) autres marches du podium, " je vous laisse trouver les autres

  • dotcom1 il y a 8 mois

    Malgré le plafonnement des loyers, Paris est dans le Top 5. Merci Duflot pour cette mesure aussi inutile qu'inefficace.

  • ericlyon il y a 8 mois

    Et bien sûr nous trouvons normal de faire financer par la collectivité la vie dans Paris pour les gens avec des bas revenus alors que les classes moyennes n'y ont même pas accès.