Paris: reste dans le rouge malgré les bons chiffres US.

le
0

(CercleFinance.com) - Les bons chiffres américains n'y changent rien, les vendeurs gardent la main à la Bourse de Paris (-0,5%) et à travers l'Europe.

Le panorama est contrasté à Wall Street avec un Dow Jones qui gagne +0,4% vers 19.200 (un nouveau record absolu de clôture est en jeu) tandis que le 'S&P' lâche 0,1% et le Nasdaq -0,5% (sous 5.300).

La hausse du baril et des valeurs pétrolières soutient le Dow Jones mais en Europe, les opérateurs sont rendus prudents par la hausse des taux (le T-Bond de réference pulvérise un nouveau record à 2,45%, le '1 an' est à 1,15%, soit l'équivalent du 15 ans français).

Chez nos voisins, Londres recule de -1%, Francfort de -0,9%, Madrid de -0,4%, l'E-Stoxx50 lâche -0,6% et reperd l'essentiel de ce qui avait été gagné la veille.

La signature d'un accord de réduction de production à Vienne (Autriche) entre les pays exportateurs de pétrole alimente les anticipations inflationnistes (le baril de Brent tutoie les 53,5$, le WTI les 51$).

Il en va de même pour la hausse plus forte qu'attendu de l'indice ISM manufacturier américain, qui est ressorti à 53,2 le mois dernier, contre 51,9 en octobre, alors que les économistes tablaient en moyenne sur 52,1, les dépenses de construction ont également progressé, de +0,5%.

Le marché obligataire n'avait pas réagi à 14H30 à une hausse de +17.000 inscriptions hebdomadaires au chômage la semaine dernière aux Etats Unis (à 268.000).

D'après les gérants de Barclays Bourse, le marché parisien semble toutefois avoir suffisamment consolidé au-dessus de sa moyenne mobile à 50 jours pour avoir la force de casser la résistance des 4600 points. Une telle dynamique pourrait libérer un nouveau potentiel en direction des 2 prochains gaps de 4.630 et 4.670 points, estiment les spécialistes.

Grand temps fort de la journée d'hier, la réunion de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) a donc débouché sur un accord.

L'organisation a en effet surpris le marché en décidant de couper sa production de 1.2 Mb/jour à 32.5 Mb/j. 'Cette décision est devenue possible suite à un accord de dernière minute entre l'Arabie saoudite d'un côté, et l'Iran et l'Irak de l'autre qui étaient plus réticents', souligne-t-on chez Oddo, qui précise par ailleurs que 'cet accord sera déployé début janvier 2017 pour une durée de 6 mois et devrait permettre de basculer le marché d'un excédent de 0.7 Mb/j vers un déficit de 0.5 Mb/j, voire plus si les pays non-membres de l'OPEP (dont la Russie) tiennent leurs promesses'.

Sur le marché des changes l'euro avance d'un peu plus de 0,2% à 1,062 dollar.

De ce côté de l'Atlantique, on notera que l'indice PMI final Markit pour l'industrie manufacturière de la zone euro a progressé de 0,2 point en rythme séquentiel pour s'établir à 53,7 en novembre (estimation flash). Le taux d'expansion affiche en outre son plus haut niveau depuis le début de l'année 2014.

En France en revanche, le PMI s'est légèrement contracté à 51,7 contre 51,8 en octobre.

Enfin, concernant les valeurs, CGG reste dans une bonne dynamique. En hausse de 5%, l'action du groupe parapétrolier spécialisé dans l'ingénierie sismique domine le SBF 120 (après +14,5% la veille, soit +20% en 24H).

Au sein du CAC40, Technip gagne +1,3% et devance Renault (+1,2% grâce à des ventes en hausse de +23,3%: Dacia affiche +60,5%) alors que le marché français des voitures particulières neuves a augmenté de 8,5% au mois de novembre en comparaison annuelle, à 163.170 immatriculations, d'après les données du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles (CCFA).

A noter: la chute de -3,7% de Véolia qui enfonce son support des 16,25E, le titre se retrouve lanterne rouge du SBF120, devant Ubisoft et Ingénico à -3,3%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant