Paris reporte sine die la livraison du Mistral à Moscou

le
2

(Actualisé, réaction russe, § 4) PARIS, 25 novembre (Reuters) - La France a annoncé mardi qu'elle reportait "jusqu'à nouvel ordre" la livraison d'un premier porte-hélicoptères Mistral à la Russie en raison de la situation dans l'est de l'Ukraine. "Le président de la République considère que la situation actuelle dans l'est de l'Ukraine ne permet toujours pas la livraison du premier BPC", lit-on dans un communiqué de la présidence. "Il a donc estimé qu'il convenait de surseoir, jusqu'à nouvel ordre, à l'examen de la demande d'autorisation nécessaire à l'exportation du premier BPC" à la Russie." Les autorités françaises avaient annoncé qu'elles prendraient leur décision avant la fin novembre. En Russie, le vice-ministre de la Défense Iouri Borissov a déclaré que son pays ne lancerait pas de procédure contre la France à la suite de ce report mais espérait toujours que le contrat serait honoré, rapporte l'agence de presse RIA. Sous la pression de ses partenaires, notamment américains, hostiles à la livraison des deux "bâtiments de projection et de commandement" (BPC) en pleine crise ukrainienne dans laquelle le rôle de Moscou a été dénoncé par les Occidentaux, François Hollande avait annoncé le 3 septembre dernier que les conditions n'étaient pas réunies pour livrer le premier navire. Le 16 octobre, il avait déclaré que le respect du cessez-le-feu en Ukraine restait l'une des conditions pour que la France accepte de livrer les Mistral. Mais d'après l'armée ukrainienne, 150 soldats ont trouvé la mort depuis l'entrée en vigueur de ce cessez-le-feu le 5 septembre dernier, prévu par le protocole de Minsk signé par l'Ukraine, la Russie et les séparatistes de l'Est sous les auspices de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Les deux camps s'accusent mutuellement de ne pas respecter cette trêve. Depuis le début du conflit séparatiste dans l'est de l'Ukraine, en avril, les affrontements ont fait plus de 4.300 morts, selon un bilan fourni la semaine dernière par le Haut Commissaire aux droits de l'homme des Nations unies. Le premier BPC, le Vladivostok, devait initialement être livré en octobre et 400 marins russes se sont formés depuis le 30 juin à sa manoeuvre dans le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Selon le vice-Premier ministre russe, le deuxième porte-hélicoptère commandé par son pays, le Sébastopol, dont la livraison est prévue pour la fin 2015, devait être mis à l'eau à la mi-novembre. Un refus de livrer les deux navires Mistral commandés par la Russie, dont la vente représente un montant d'1,2 milliard d'euros, pourrait obliger la France à dédommager Moscou au-delà d'une date-butoir pour l'instant tenue secrète. (Elizabeth Pineau avec Gabriela Baczynska à Moscou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 25 nov 2014 à 14:54

    Hollande-Valls, mauvaise pioche.

  • KAFKA016 le mardi 25 nov 2014 à 13:56

    C'est la signature de la fin definitive des activités des chantiers navals....