Paris: repli limité, tension des taux, rebond 2% du pétrole

le
0

(CercleFinance.com) - La bourse de Paris finit en repli de -0,7% à 5.258 (le CAC40 ayant de nouveau tutoyé le plancher des 5.240 vers 15H30 avec un test des 5.250), ce qui efface les gains d'hier.

La résistance des 5.300 points est décidément difficile à franchir de façon durable... et dès que quelques ventes se matérialisent, les carnets d'ordre se vident, la contrepartie s'évapore.

'Pour que l'indice phare puisse s'extraire de cet étau de compression, il faudra attendre la sortie des 5.295/5.300 points afin de renouer avec une dynamique affirmée', complète Franklin Pichard (Kiplink Finance).

L'Euro-Stoxx50 recule de -0,65% vers 3.538, avec Francfort (-0,8%) et Milan (-1%). Hors zone euro, le FT-100 limite son repli à -0,2% (grâce aux valeurs minières et pétrolières, avec un baril qui reprend 2% à New York à 44,3$).

A la mi-séance, Wall Street reste complètement 'flat': les indices US restent prisonniers de fourchettes de fluctuation très étroites (entre -0,1% et +0,1% pour le Dow Jones ou le 'S&P', -0,7% pour le Nasdaq).

Dans l'immédiat, les opérateurs font montre de prudence après le discours du président de la BCE Mario Draghi et avant celui de la présidente de la Réserve fédérale américaine Janet Yellen.

S'exprimant à l'occasion du forum annuel de la BCE, à Sintra (Portugal), M. Draghi a 'rejeté les appels à une sortie rapide de la politique ultra-accommodante de l'institution, notant qu'une normalisation prématurée de la politique monétaire européenne entraînerait à nouveau de la récession et plus d'inégalités', relate Aurel BGC.

Prudent, il considère qu''un degré considérable d'accommodation monétaire reste nécessaire pour que les dynamiques de l'inflation deviennent durables et auto-entretenues', par-delà le fait que 'les forces déflationnistes ont été remplacées par des forces reflationnistes'.

Les cambistes n'on apparemment retenu que cette partie du discours, d'ou la forte remontée de l'euro (+0,9%) vers 1,1290 face au $.

Les taux se sont fortement tendus, de +12Pts sur les Bunds et OAT, +8Pts sur les 'Gilts' ou T-Bonds US.

Sur le plan statistique, l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board s'est établi à 118,9, à comparer à 117,6 en mai (révisé de 117,9).

Enfin, au chapitre microéconomique, les valeurs financières surnagent. Société Générale (+1,5%), BNP Paribas (+1,8%) et Crédit Agricole (+0,9%) occupent toujours les 3 premières places du CAC 40.

Du côté des baisses, Faurecia (-3,3%), lanterne rouge du SBF 120, pâtit pour sa part d'un profit warning de l'équipementier automobile allemand Schaeffler, Valéo chute de -3,2%, Peugeot de -1,8%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant