Paris: repli contenu, cascade de records obligataires.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (-0,97% à 4.405) aligne une deuxième séance consécutive de repli avec une clôture au contact -mais au-dessus- des 4.400Pts.

Pas de renforcement des pressions vendeuses puisque le volume de 2,65MdsE est identique à celui de la veille (malgré une consolidation deux fois plus intense) mais une certaine lassitude des opérateurs face à l'absence de tout influx permettant d'espérer renouer avec les sommets annuels.

L'euro-Stoxx50 recule de -1% à 2.989 dans une ambiance guère plus active, avec Francfort qui lâche -1,25% tandis que Londres, hors zone Euro perd également -1,1%.

A mi-séance Wall Street, le Dow jones réduit ses pertes à -0,25% mais reste sous les 18.000 (à 17.955Pts), le 'S&P' s'effrite de -0,35% à 2.212Pts et le Nasdaq lâche -0,5%.

Cette morosité peut s'expliquer: un mauvais chiffre US vient jeter une nouvelle ombre sur la croissance. Selon le Département du Commerce US, les stocks des grossistes ont gonflé de +0,6% en avril, après +0,2% en mars, alors que le consensus tablait sur une décrue vers +0,1%.

Ce chiffre traduit un accroissement des invendus et équivaut à un signal négatif concernant la consommation.

L'inquiétude est perceptible depuis longtemps sur les marchés obligataires: les T-Bonds US enfoncent le palier technique des 1,7%, le Bund allemand établit un nouveau record historique de clôture avec un rendement tombé à un 'plus bas absolu' de 0,023% ce matin avant d'en terminer ce soir à 0,033%.

Encore un ou deux mauvais chiffres concernant l'inflation ou la croissance et le '10 ans' allemand basculera en territoire négatif.

En France, c'est le '8 ans' qui passe négatif et l'OAT 2026 finit sous les 0,388%, non loin du plancher absolu des 0,365% du 5 avril dernier.

En Angleterre, les 'Gilts' battent également un record avec 1,222% au plus bas et 1,24% en clôture.

'Les investisseurs demeurent toujours inquiets sur les perspectives de la croissance économique mondiale, alors même que la BCE a procédé hier à ses premiers achats d'obligations 'corporate', expliquaient ce matin les équipes de Barclays Bourse, selon lesquels, 'pour le moment, les marchés européens ne semblent pas vouloir acter l'amélioration structurelle de la situation économique notamment sur le front de l'emploi'.

De leur point de vue, il est par ailleurs 'probable que l'attentisme prévale jusqu'au référendum sur le Brexit', le 23 juin prochain.

Autre chiffre publié ce jeudi aux US : les inscriptions hebdomadaires du chômage : elles se contractent de -4.000 à 268.000.

Au Japon, les commandes de machines-outils ont dévissé de plus de 11% en avril (contre -3,7% attendu) et de -8,2% en rythme annuel: le repli de -0,97% de Tokyo s'explique largement.

Sur le marché des changes, l'euro recule d'environ 0,6% à 1,1330/$, ce qui pèse sur le pétrole (-1,5% à 50,6$ sur le NYMEX).

Les pétrolières et parapétrolières pâtissent de la baisse des cours du baril de brut : Vallourec décroche de -5,4% et CGG de -10,6% à 0,76E, Technip reste lanterne rouge du CAC avec -3,6%, devant Accor qui cède -2,8% après une dégradation de Credit Suisse, qui a abaissé son conseil de 'neutre' à 'sous-performance' sur le géant hôtelier en raison de la faiblesse de ses tendances commerciales.

Vivendi perd -2,3% alors que les autorités s'oppose à la fusion des contenus sportifs avec BeIN.

Rémy Cointreau se replie de -3,35% en dépit d'un résultat net consolidé part du groupe en progression de 10,6% à 102,4 millions d'euros au titre de l'exercice 2015/2016.

Les investisseurs prennent leurs bénéfices sur un groupe qui a vu son action grimper de près de 12% depuis le 1er janvier et de plus de 15% au cours des 3 derniers mois.

Signalons enfin la baisse de 5,8% d'Auplata à 1,13E après l'annonce d'une augmentation de capital, tandis qu'Eurotunnel est maintenant stable malgré des commentaires positifs de Barclays Capital.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant