Paris relance la chasse à la clope en terrasse

le
0
Paris relance la chasse à la clope en terrasse
Paris relance la chasse à la clope en terrasse

Une terrasse fermée... n'est pas un lieu ouvert ! Le constat est digne d'une lapalissade. La mairie de Paris a pourtant décidé de le rappeler aux cafetiers et aux restaurateurs. En cause : leurs terrasses « couvertes et fermées » où les fumeurs grillent clope sur clope en infraction avec le décret qui interdit la cigarette dans les « lieux à usage public » depuis maintenant sept ans.

« Ce non-respect de la loi a pris dans notre ville un caractère usuel », indique Bernard Jomier, l'adjoint (EELV) chargé de la santé, dans un courrier qu'il vient d'adresser au préfet de police. L'élu lui demande de mettre en place une action de sensibilisation auprès des professionnels. Elle devra être « accompagnée, si nécessaire, des sanctions qui s'imposent », ajoute-t-il.

Une terrasse couverte n'est considérée comme un espace fumeurs que si son côté principal reste ouvert à l'air libre. Dans le cas contraire, c'est un lieu « sans tabac » et le cafetier qui laisse ses clients y fumer est passible d'un PV de 135 ¤. La sanction peut même monter à 750 ¤ si le cafetier favorise l'infraction, en mettant des cendriers à disposition, par exemple. En théorie, les fumeurs risquent une amende de 68 ¤, mais ils sont rarement verbalisés.

La loi pas respectée... même en face du ministère de la Santé

Dans la (bien nommée) brasserie la Terrasse, dans le VIIe arrondissement, où Bernard Jomier s'est attablé pour évoquer le problème, les infractions sautent aux yeux. La terrasse, surchauffée par des parasols électriques, est totalement isolée de l'extérieur. Des cendriers équipent toutes les tables et plusieurs clients fument. « Nous sommes pourtant juste en face du ministère de la Santé. C'est symbolique du degré de désengagement des cafetiers dans la lutte contre le tabagisme passif », conclut-il.

« L'application du décret nécessite une attention permanente de tous les services », confirme Claude Evin, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant