Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme

le
6
Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme
Paris réduit son déficit et ses émissions de dette à court terme

par Raoul Sachs et Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - La France a revu en baisse ses prévisions d'émission de dette à court terme cette année pour tenir compte de la réduction du déficit de l'Etat prévu par le projet de loi de finances rectificative (PLFR) 2012 soumis au Conseil des ministres mercredi.

Dans un communiqué, l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'Etat, a précisé que l'encours de la dette court terme (BTF) serait diminué de 7,7 milliards d'euros en 2012 (soit 170 milliards en fin d'année).

En revanche, le programme d'émission de dette à moyen et long terme (BTAN et OAT) est inchangé à 178 milliards d'euros (nets des rachats). A la fin juin, ce programme a été réalisé à plus de 66%, selon les données de l'AFT.

A l'AFT, on indique que la part de la dette à court terme de la France sera abaissée en 2012 à 12,2% du total contre 13,5% en 2011.

Il ressort du PLFR, premier texte d'envergure adopté depuis l'élection du président socialiste François Hollande et la formation du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, que le besoin de financement de l'Etat a été ramené de 184 milliards (PLFR de mars 2012) à 180,3 milliards d'euros.

Ce montant comprend le déficit budgétaire (81,1 mds d'euros), le remboursement des BTAN et OAT arrivant à échéance cette année (97,9 mds d'euros) et l'amortissement de dettes reprises par l'Etat pour 1,3 milliard d'euros.

Il est couvert par les émissions de dette à moyen et long termes (178 milliards d'euros), la variation positive (2,4 milliards d'euros) du compte unique du Trésor, un encours de BTF diminué de 7,7 milliards et par d'autres ressources de trésorerie qui s'établissent à 7,9 milliards d'euros.

Ces ressources s'établissaient à 4,2 milliards d'euros dans le PLFR de mars.

Leur augmentation (soit 3,7 milliards d'euros) est due pour l'essentiel à la baisse des taux d'intérêt et aux primes encaissées par l'AFT du fait de l'adjudication de BTAN et d'OAT à des taux inférieurs dans la quasi totalité des cas au coupon offert attaché au titre.

Au cours du premier semestre, la France s'est financée au taux moyen de 2,14%, toutes maturités moyen/long termes confondues, indique-t-on à l'AFT. Si ce niveau moyen se prolonge jusqu'à la fin de l'année, il s'agira d'un taux historiquement bas, le précédent record remontant à 2010, avec un taux moyen de 2,53%.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8743521 le mercredi 4 juil 2012 à 17:35

    Les 600 milliards de dettes sont dues..non pas à Sarkozy, mais sont l'héritage des 35 heures ,de la retraite à 60 ans et de toutes les mesures démagogiques prises par les gouvernemants de gauche..incapables de comprendre qu'une mesure sociale non financée par une production correspondante de richesses nouvelles..se transforme toujours en dette!

  • lelis le mercredi 4 juil 2012 à 17:33

    dub22 : c'est dû à Mitterrand ou à Jospin, je suppose ?...

  • dub22 le mercredi 4 juil 2012 à 17:21

    @msgylon Vous n'avez pas lu le rapport de la cours des comptes de fin 2011 qui évoque cet endettement du soit diant à Nicolas Sarkozy sinon vous ne lui feriez pas porter la reponsabilité de ces 600 miliards de dettes!!!!

  • M1095316 le mercredi 4 juil 2012 à 17:10

    oui........mais merci l'équipe d'avant qui n' a pas si mal travaillé ce qui permet des taux acceptable........maintenant on verra la suite..............

  • msglyon le mercredi 4 juil 2012 à 17:10

    le taux moyen de la dette est de 2%/an. Donc en 5ans de pouvoir, et une hausse historique de la dette de 600milliards d'euro, la politique Sarkozy coûte tous les ans au moins 12milliards d'euro DE PLUS à la France. 12 milliards de plus tous les ans, minimum. C'est le cout de la saine gestion de Sarko en 5ans !! Terrifiant

  • M8743521 le mercredi 4 juil 2012 à 16:58

    Non Paris ne réduit pas son déficit,comme on voudrait nous le faire croire dans le titre de cet article; mais ses prévisions de déficit...ce qui est quand même plus facile!